“L’homme dans sa prison jamais ne dort”

Une fois repus de fiables et faibles appétences
L’homme au seins nus commence ses ablutions
Gargarisé , l’esprit du ventre en délivrance
Les regrets abondant tiraillent ses opinions

Ses mains sont de poussière aux crevasses lassées
Il y glisse des vers, des océans crevés
Mais les douces caresses du vent de la femme errent
Modèlent sans pourvoir son dessein de misère

Chaque joie l’interpelle avec circonspection
Nourrir un corps céleste, fléchir à l’abandon
Tout pour lui est merveille, l’aurore, la nuit, le ciel
Le vide a ses raisons dans son ultime sommeil

il retient les jouissances qui en deviennent belles
Plus belles que la mort en mer jouvencelle
Il quitte la cité, les aboiements des chiens
Puis lèche leurs gamelles et les miettes de pains

L’homme ne peut se reposer et dans sa déraison
L’homme jamais ne dort au sein de sa prison

  • Vues1647
  • Aime0
  • Évaluations12345

2 Commentaires
  1. REVEPOURPRE 4 ans Il y a

    j’aime bien la chute

    pour le reste certains trucs j’ai pas pigé!

    bonne nuit

    RP

  2. Auteur
    michel 4 ans Il y a

    bonsoir revepourpre,

    je vous donne une clé pour mieux comprendre ce texte: Diogène.

    merci pour votre passage en lecture compliqué, je vous l’accorde.

    belle soirée

    m.

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

leo Nullam id quis, dolor. diam ut

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?