L’hommage à mon père

Comme un joyau de jade un endroit me consume
Son charme est fait de paix, vers lui naissent mes blés
Et je me sens ployer, serein, sans amertume
En l’écrin de Bavans, fait de félicités

Touché par la nature, ainsi j’aime le charme
Ombragé d’or du Doubs, de l’antique forêt
Ce coin cher à mon cœur, si humble me désarme
Son agréable cadre aux jours bleus de juillet

Me confie un trésor, cette grâce éphémère
Qui traîne sur la plaine à l’heure où le soleil
Musarde gentiment parmi l’or légendaire
Du sous-bois parfumé, savoureux et vermeil

Et j’ouvre en grand mon âme à l’album de l’enfance
Mon esprit si fécond, tel un bel encensoir
Cède alors au plaisir de revivre en vacance
Les jours de mon passé; de ce livre à fermoir

J’apprends à méditer en me laissant repaître
Du don de l’immortel que sont les souvenirs
Et dans ce gouffre obscur une idylle champêtre
Dépose sur mon front le souffle des zéphyrs;

Des êtres disparus arrosent ma mémoire
Dans ce vallon paisible un remède profond
Excite alors ma plume, ambre mon écritoire
Et mon soleil d’hier se dissout et se fond

Dans ce vase fragile où s’abreuvent les anges
Une ombre me tourmente argente mon présent,
Bercez son doux repos, rossignols, mésanges,
Arrêtez-vous, amis, juste un petit instant

Pour rendre un faste hommage à mon regretté, père
Dans ce clos douloureux, il pêche l’infini,
Surement des gardons dans ce lac solitaire,
Au soir incandescent, ce rêve m’enrichi.

  • Vues3860
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

felis efficitur. pulvinar facilisis eget Lorem Praesent

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?