L’hiver viendra bientôt

Le lion s’est couché balayé a l’automne

D’un printemps trop marri pour être relaté

La vallée a reçu les limbes de l’été

Les ruisseaux ont jailli fragiles incommodes

 

La savane rugit arrose d’amertume

Agonit la passion qui consume le cœur

Le silence parvient a rallumer l’honneur

D’un orgueil scintillant d ‘une image posthume

 

La chaleur est pourtant la bataille du  cœur

L’incertitude sied  aux cassures sans heurt

Comme si la primeur était une imposture

 

L’hiver viendra bientôt  l’hommage ravivé

Éclairera la faim d’un espace feutré

Si la nuit effaçait l’amorale dorure

 

  • Vues268
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

elementum id elit. vulputate, risus consectetur odio ut sem, leo Donec diam

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account