L’hiver d’un orphelin

Il grelotte d’effroi
Enfant abandonné
L’hiver l’a balancé
Entre les gris parois
D’un foyer suranné
Son rêve est insensé

Il se voit entouré
D’affectueux parents
Aux yeux ensoleillés
Mais l’hiver va durer
Dans ce froid térébrant
L’aube l’a réveillé

Ce triste orphelinat
Ne datant pas d’hier
Est plein d’odeurs sévères
Ses volets incarnats
Troués comme un Gruyère
Laisse entrer l’hiver

Les sœurs aux airs dévots
Soufflent sur l’orphelin
Un hiver qui flagelle
L’enfant dans ce caveau
Dieu devient sibyllin
Son amour se congèle

Pauvre môme au cœur tendre
La douleur entêtée
Absorbe tout son être
L’ange ne veut l’entendre
Son âme est émiettée
Car l’hiver le pénètre

Qu’une caresse effleure
L’hiver gisant en lui
Qu’une main chaleureuse
Viennent sécher ses pleurs
Quand le geste reluit
La peine est moins affreuse

  • Vues2425
  • Aime0
  • Évaluations12345

4 Commentaires
  1. Music Arts 4 ans Il y a

    Un écrit qui mériterait un peu plus de considération.

    Il me rappelle les affreux orphelinats que l’on pouvait visiter en boucle tandis que les cadavres du couple Causcescu n’étaient pas encore froids et que le monde entier découvrait l’horreur de ces lieux remplis d’enfants dénutris jusqu’à la folie.

    Il faut bien sûr éviter de tomber dans le pathos pour que la poésie prenne sa place , user des métaphores plutôt que du descriptif.

    C’est bien d’avoir pensé à eux.

    • frenkel 4 ans Il y a

      La souffrance n’est pas une métaphore, Music Arts. C’est pourquoi j’ai sciemment utilisé le descriptif. Car poétiser les peines ‘est pas toujour de la meilleure veine.

      Bonne année 2016

      • Music Arts 4 ans Il y a

        Non, bien sûr que la souffrance n’est pas une métaphore.
        Je voulais dire que le descriptif c’est ce que les journalistes font sans trop d’ailleurs se donner la peine de choisir leurs mots, mas je vous assure qu’on peut parler de la mort ou de la souffrance , on peut la montrer de façon différente avec des mots et des images très évocatrices, c’est ce que j’appelle des métaphores qui ont toute leur place en poésie.

        J’ai essayé, non pas de vous convaincre mais de vous expliquer plus amplement ce que j’avais ressenti et analysé. Après, bien sûr, comme le dit un certain Lapalès :”c’est vous qui voyez”.

        Bien cordialement.

        • frenkel 4 ans Il y a

          Ah bon ? Les journalistes se donnent-ils la peine de rimer leurs descriptions ? Je vous signale quand même que mes vers sont en six syllabes. Et, je trouve un tantinet blessant de les balayer d’un revers de main. Mais soyez assuré, j’ai pour habitude d’évoquer le même thème, une fois en poésie classique, et une autre fois en poésie libre. Peut-être ma seconde version conquerra-t-elle votre faveur. Alors, un peu de patience.

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Aliquam consequat. massa porta. suscipit quis tristique nec vulputate, libero.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?