L’heure du bain

L’heure du bain

Le corps de tout son long gisait
Dans cette baignoire d’un blanc nacré.
Et le liquide chaud sur la peau
S’écoulait par de larges flots.

Succombant sous l’onde amarante,
l’émail, froid et rigide suaire,
perdait son allure luisante.

Un parfum embaumait le lieu,
Grisant arôme charnel, amer,
Pour note de cœur: atomes ferreux.

Lorsque l’épiderme meurtri
Vira du rosâtre au blanc-gris,
L’iris bleue eut bien moins d’éclat
Que l’inox qui trancha son bras.

  • Vues1663
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

at facilisis adipiscing Donec Donec amet, id

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?