Les vendanges

Les vendanges

Sur les clairs coteaux où le cépage s’aligne,
Les filles vont cueillant, aux pampres gracieux,
La dive et belle grappe au teint délicieux,
Et les porteurs de hotte en riant leur font signe.

Le raisin jaune et mûr aux rameaux de la vigne,
Semble doré de l’or du soleil radieux,
Mais sous l’œil de Bacchus, le plus fêté des dieux,
Le vendangeur en nage a promis d’être digne.

Un grain blond et sucré fera sûr un bon cru,
Or, durant le mois d’août qui pardieu l’aurait cru,
Le sarment végétait sur la terre anémique

Et les anciens craignaient pour le fruit automnal,
Bénissant plus que tout leur culture biblique ;
Mais, Saint-Vincent, merci : “plus de peur que de mal”.

  • Vues2060
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

dolor leo. at Sed Phasellus adipiscing elementum Praesent amet, Donec felis efficitur.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?