Les loups

Ils se méfient de la ville en ordre.

Les nomades se voient dans la horde.

Des pattes éperdues portent leurs crocs.

Un dévoré mouton par ces escrocs.

L’homme veut faire disparaître les mangeurs.
Des bergers soudain devenus vengeurs.

Viandes réclamées par le boucher.

Malgré l’écrivain plus de débouchés.

Pérot écrit la grand-mère et la fille.

Bobinette chère et puis il l’enfile.

Tort de la fille ravie de confitures.

La vielle accablée de coutures.

Agneau dévoré pour la fable.

Lafontaine le jette sur la table.

Baratin pour le futur dévoré.

Un assassin sorti de sa forêt.

Les loups chassés par le cri du tocsin.

Les loups ne seront jamais des chiens.

S’éloignent de l’injuste autrichien.

Agneau dévoré pour cette fable.

Mouton couché sur l’injuste table.

Bêlements arrachés par tous ces crocs.

Les assoiffés de sang font leur boulot.

Des loups en harde n’ont pas de prénoms.

Des humains crient non et non et le nom.

  • Vues1337
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

libero Nullam justo pulvinar mattis at leo.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?