Les joies simples

Les joies simples

Je suis d\\\\\\\’humeur joyeuse,
alors je vous fais partager un peu de ma fantaisie.

Figurez-vous que mon bureau-rez-de-chaussée
donne sur une large cour intérieure agrémentée
d\\\\\\\’un bassin servant d\\\\\\\’escale aux canards sauvages en migration
de quelques petits massifs verts et jaunes à la coupe militaire
et de trois-quatre arbres dont la principale mission,
hormis d\\\\\\\’être beaux, est de marquer les saisons…

Dans l\\\\\\\’un de ces arbres dénudés
il y a, quand on lève les yeux vers la cime,
un rayon de soleil qui illumine – m\\\\\\\’entendez-vous bien-
qui illumine cette boule de branches qui nervurent l\\\\\\\’azur
Oui, aussi incroyable que cela puisse paraître,
le soleil a fait son nid entre les branches d\\\\\\\’un marronnier.

Ce véritable tableau de maître – dont seule la nature a le secret –
est tout simplement merveilleux et divin

Et puis, il y a un érable que j\\\\\\\’observe à travers les carreaux
Le souffle du vent hivernal s\\\\\\\’obstine à faire trembler les dernières feuilles
Elles auraient dû tomber depuis longtemps mais la vie les a figé dans la mort
Loin de capituler, elles s’accrochent, en lambeaux,
Au passé reluisant qui creusait leur tombeau
le spectacle est saisissant et me laisse admirative

Mesdames les feuilles vous avez raison
Résister avec acharnement c’est porter son blason
Ce combat inégal est bien trop majestueux
Pour fermer votre cœur et détourner les yeux
Votre victoire est acquise et c’est votre grandeur
Même si vous foulez terre, ce sera en vainqueur

Car il y a des défaites qui sont de vraies victoires
Qu’importent les lauriers et qu’importe la gloire
Faire ce que l’on a pu et le faire de son mieux
Jusqu’au bout de ses forces, jusqu’à l’ultime Adieu
C’est là une leçon que je tire de ce signe
La vie n\\\\\\\’est pas moins dure mais la mort est plus digne

Et même si l’on sait que l’issue est fatale
Il faut, comme vous Mesdames, croire aux chants des cigales

Voyez ma vie est faite de petites joies simples
Mais peut-être -sans doute- qu\\\\\\\’il faut avoir l\\\\\\\’esprit libre
dégagé de tout tourment, de toute contrainte
pour pouvoir contempler ce qui ne coûte rien
La beauté est partout

Il faut la capturer des yeux puis la laisser partir  en souvenir

Je suis libre…

🙂

  • Vues4128
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2022 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Donec luctus nunc odio adipiscing ut Nullam

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?