Les démons démodés

Placés sur la corniche, siègent en réunion
Des animaux étranges, mi-hommes mi-démons.
Et ça fait bien mille ans qu’ils sont là, à attendre,
A observer le monde, sans une seule fois descendre.

La pierre blanche de jadis, grignotée par le temps,
Donne un aspect hideux aux regards grimaçants.
Ils sont là, têtes hirsutes, toujours plus menaçants.
L’orage gronde ce soir, pour un’ nuit de tourments.

Une effroyable nuit pour tous ces indigents
Qui ont eu le malheur en regardant le ciel,
De croiser le regard du pire des malfaisants
Placé sur sa corniche, en acte sacrificiel.

Ils pourront se signer et en faire des prières !
Le diable est bien présent à ramper sur les toits.
Gare à celui qui rend son âme sans manières
Ell’ serait sans nul doute, un mets de premier choix !

Et ce vent qui tournoie, sifflant dans les gargouilles !
En bouillonnant d’écume, les gueules grandes ouvertes
Vomissent l’amertume du mépris qui les souille
En des torrents bruyants sur les têtes couvertes.

Mais c’est peine perdue, pas une âme est offerte !
« Allons, levez les yeux ! Regardez à la ronde !
Affrontez nos regards, courrez à votre perte »
On croirait les entendre, le temps d’une seconde.

Un bruit épouvantable à vous glacer le sang,
A fait taire le malin que personne n’ose entendre.
Le feu venant du ciel s’est abattu soudain
Sur le plus écœurant et le réduit en cendres.

Le silence revenu, il n’en reste plus rien.
Que de maigres gravats. Une offrande posthume
D’un démon démodé un’ nuit de pleine lune :
Quelques larmes de pierres pour le monde des vivants.

@Daniel Cabaret textes protégés@

  • Vues1093
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

facilisis elementum id consectetur mattis Donec id

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account