Les chênes.

Il s’accroche à la dimension là.

 (Les 4, 5, 6 et plus)

Un rêveur touche du doigt l’au-delà.

 (Il ne croit quand lui)

Songes d’un soudain vieux que voilà.

 (Des songes)

Des neurones prêts à faire la Holà.

 (Vingt ans) Tant de vieux perdus dans cette gare

 (Salle d’attente)

N’apercevoir que de pressés regards.

 (Des lointains)

Attendre ce train toujours en retard.

 (Pas à l’heure)

Des secondes ont rendu vieillard.

 (Le temps passe)

La courte vie d’un malheureux bagnard.

 (Un homme dans l’impasse)

Sur ce quai presque gris des vies s’égarent.

 (Endroits d’où partir)

Une horloge quelquefois résonne.

 (Un bruit fait partir)

Un clocher fou de ses cloches sonne.

 (Baratin)

Les grains de ce sablier posé coulent.

 (Dégoulinent)

L’oppressé du temps vers l’impasse court

. (Il va)

 

Un étranger éprit du Walhalla.

 (Bizarre)

Hologramme vu l’espace d’un temps.

 (Moderne Dieu)

Le figé d’émoi comprend ses printemps.

 (Le temps est ce que l’on peut)

Fort de ses mois dépassés rit en lui.

 (Un astre)

Un vivant a dépensé tous ses Louis.

 (D’or)

Souvenirs d’hier qui nous faisait jouir.

 (Etre bien)

Un lion plein de dents osait rugir.

 (Etre fort)

Un roi nouveau peut être empereur.

 (Un être qui n’a plus peur)

Le train berce les chaos et les peurs.

 (La vie passe)

L’assuré de cette vie griffonne.

 (Rêve)

Le mécontent de l’avis chiffonne.

 (Se rebelle)

Le récit d’Achille le rend aphone.

 (Sans voix)

Le train s’arrête de ses stridents cris.

 (L’entraineur a réveillé)

Des mots posés sur ce papier crient.

 (Si on vivait)

Voyageur victime de ratures.

 (Réveillé)

Un passant range sa littérature.

 (Range son livre)

Vivre en noir et blanc toutes ces guerres.

 (Encre sur du papier)

Médailles pour ce blessé de naguère.

 (Médailles du travail) 

Un cerveau rempli de certitudes.

 (Optimisme)

Vol de ces mots vers l’incertitude.

 (Pessimisme)

Un passant qui se croit dramaturge.

 (Croit voir)

Regard sur les moutons de panurge.

 (Il voit)

Un rêve commencé vite s’égare.

 (Oubli)

Plus rien à attendre dans cette gare.

 (Anxieux)

Des faux sourires fuyant le regard.

 (Pas de croisé)

Un train encore une fois en retard.

 (Presque rassurant)

Secondes données à cet avatar.

 (Rêve sublime)

Un homme s’éloigne de tous ces trains.

 (Ces gares)

S’empare de la barre pour aller plus loin.

 (Ces bateaux)

Un navigateur lève les amarres.

 (Part…)

L’avachi devient un gaillard.

 (S’en va au travail)

Rejoindre ces grenouilles dans la marre.

 (Au travail)

Le dérangé voit ce train en départ.

 (Porteur de rêveurs)

Un réveillé court pour des salopards.

 (Compteurs de dollars)

Plus de savane et trop de remparts.

 (Des villes)

La bête devenue homme s’empare.

 (Dans les gènes)

Des frères pour lui devenus des fourmis.

 (Loi du plus fort)

Pains pris à peine sortis du fournil.

 (Avidité)

Dans son crane des planètes sourient.

 (Univers)

S’entre choc souvenirs et les oublis.

 (Bataille du cerveau)

N’allez pas voir, pas de lobotomie.

 (C’est ailleurs)

 

  • Vues1710
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ultricies diam leo. risus. dolor ut elit. pulvinar at

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account