Les amants de la plume

Les amants de la plume

Au loin iront s’aimer les amants de fortune
Tendrement enlacés sur les bords du rivage
Regardant cette mer mouvante de dunes
Écumant, enivrant et calmant paysage

Sur lequel s’en vont flotter les rêves pieux,
Tels des goélands s’échouant sur la grève,
Se brisant sur l’onde du transport amoureux
Sont ces baisers mourant sur ces lèvres

Le songe se termine avec les derniers embruns
Qu’apporte en renfort un malin vent d’Ouest
Ne reste sur la plage qu’un souvenir incertain
Des amants d’autrefois dont on chantait la geste

Une brise soudaine réveille l’automne
Au temps béni d’un Printemps révolu
Le cœur, en joie, une chanson entonne
Vieille rengaine qu’il n’espérait plus

Le train entre en gare, et s’étend le regard
À cueillir le détail, fusse-t-il anodin
Fouillant les voyageurs, il cultive l’espoir
D’ainsi voir apparaître une rose jasmin

Enfin, au bout du quai, voilà que l’ oeil s’allume
Se fixe sur la silhouette, ausculte les couleurs
Le cœur bat la chamade, l’esprit vacille, s’embrume
Se pourrait-il qu’aujourd’hui, il ne supporte ce bonheur

D’un pas tranquille, lentement, elle s’avance
Comme portée par un léger, petit vent froid
Encore une fois l’histoire recommence
L’histoire merveilleuse des amants d’autrefois

Les tableaux sont accrochés au fond du couloir
Comme pour mieux protéger leur intimité
Les gens qui passent ne peuvent entrevoir
Qu’ils passent à côté de leur éternité

Au loin iront s’aimer les amants de la plume
Dont les mots bleus silencieusement s’envolent
Vers des rivages inconnus, aux franges frivoles,
Voguant sur la crête de l’onde d’écume

© Hami

  • Vues1861
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

risus Curabitur quis et, Donec porta.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?