Les Aïeux,

Tous perdus dans leur temps
Qui s’efface et repart
A ne pas en finir
De vivre leurs retards
Tel de vieux revenants.

Je vais pouvoir sortir
En parcourant leur vie
A ne plus en finir.
Leur regard me sourit.

Comme eux j’irai mourir
Les dédales du Temps
Qui s’efface et reprend.

Basile Béranger Chaleil

Le 10 Juillet 2003.

  • Vues1990
  • Évaluations12345
2 Commentaires
  1. isabelle64 1 mois Il y a

    C’est un joli texte. Merci

  2. MicheLJulien 1 mois Il y a

    Bel est de raison lui autant votres liaisons,c’est un proses refermant tenir une main vers les sillages d’equations ,merci a votres poemes ,et bel serrures a l’ombres d’une pincé de lumieres ….

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

libero Sed ipsum sit Donec mattis mi,

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account