Le vieux meuble

Le vieux meuble observé est devenu timide.

Il se voile d’une fine pellicule de poussière.

Ses arabesques m’apparaissent comme autant de rides.

Des rires et des sourires se détachent d’hier.

Ils font éclater une forêt de souvenirs.

Je revois le printemps, les fleurs et les abeilles.

A cette époque, le meuble sentait la cire.

Je reprends le chiffon jeté dans la corbeille.

Il me faut effacer de ce meuble le pire.

Enfin je vais pouvoir regarder le futur.

Les guerres du passé doivent à présent nous servir.

Quand l’âme est en paix, on peut enlever l’armure.

On devint alors, bâtisseur d’un avenir.

On perçoit se murmure, cette douce musique.

Et là, une délicieuse brise d’été soupire.

Une feuille entame une danse lente et pudique.

Le vieux meuble maintenant est devenu un arbre.

Ses branches adoptent une attitude presque ludique.

Le bonheur inonde mes yeux d’un flot de larmes.

  • Vues1440
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ut risus. facilisis leo. consectetur Praesent venenatis, felis libero

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?