Le temps n’est que du sable

Imbécile pendule, arrête de japper,
le temps n’existe pas, le temps n’est que du sable,
des petits grains de peu qui ne font que laper,
dans le fluide des nuits, un rêve ineffacable.

Nous sommes dans un train traversant le décor,
qui existait déjà bien avant les rois mages.
Sans relâche demain, loin de nos corps à corps,
nos souffles seront tus mais restera l’image.

Alors maudite cloche ignoble sansonnet,
ameuter l’univers n’y change pas grand chose
tout autant ce poète écrivant des sonnets
n’empêchera jamais que naisse une autre rose.

Toi la seconde infirme aux doigts froids du levant
est-ce ma flamme bleue ou mon âme gauchie
que tu veux emporter, diluer dans le vent
ou ma voile espérance à peine défraîchie ?

j’irai même ignorant qu’on peut y être seul
sans craindre l’anthracite aux ombres nourricières
ni le blême du lin, de ce drap, ce linceul,
retrouver l’infini dans ses ailes princières.

  • Vues1611
  • Aime0
  • Évaluations12345

2 Commentaires
  1. Music Arts 4 ans Il y a

    Les ailes princières…voilà qui pour le coup donnerai envie d’aller voir de l’autre côté.

    Emprisonner le temps dans un sablier…

    J’ai beaucoup apprécié l’écriture vive et imagée.

    “dans le fluide des nuits,” pourrait être “Au fluide des nuits” , par exemple.

    Bien amicalement.

  2. Arty Zhanal 4 ans Il y a

    Merci pour ce sympathique commentaire …
    Avec au fluide des nuits il manquerait une syllabe
    AZ

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

id, ut venenatis, mattis nunc libero

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?