Le soir

Le soir s’ombre de soleil mordoré
Se dévoilant à l’antre de mon âme
Et le lointain coloré de doré
S’est teinté à la lueur d’une flamme

Le silence tout autour qu’on entend
A l’intime des regards solitaires
Sous la voute d’or s’en vient chuchotant
Ses arpèges qui ne peuvent se taire

Enserrant le coeur de leurs vibrations
Notes douces si fines et si légères
Déambulent en lascives partitions
Ses portées ne me sont pas étrangères

C’est le chant sacré des astres lointains
A l’orée d’une terre révolue
Là bas les âmes vaguent à leur destin
Pour se fondre d’existence absolue

  • Vues1562
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

eget suscipit Phasellus Sed risus. ut Praesent quis, lectus Lorem

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?