Le négatif de la dame en noir (II)

Le négatif de la dame en noir (II)
L’appartement était immense, lumineux et moderne. Ici des sculptures, là des livres de voyage, un paravent en fer forgé, là encore une collection de poupées de porcelaine … Deux couleurs dominaient, le rouge et le vert. Mais c’est dans une toute petite pièce aux murs aveugles, éclairée par trois grosses bougies qu’elle recevait sa clientèle. Cette pièce accueillait une table ronde recouverte d’un tissu vert épais ainsi que deux chaises de style à l’assise capitonnée. C’est là qu’elle réveillait le passé, parlait du présent, augurait de l’avenir : Manoushka était voyante. Elle ne lisait ni dans les cartes, ni dans le marc de café, ni non plus dans les lignes de la main, non, son secret médiumnique était beaucoup plus extraordinaire : elle lisait dans les photographies. Lorsque Florence Guski entra dans le cabinet de voyance, elle n’avait qu’une préoccupation : la situation professionnelle de son mari.
– Vous allez bien depuis la dernière fois ? demanda Manoushka.
– Oui cela va mieux maintenant. On a dû faire piquer le chien, il souffrait vraiment trop. Heureusement que vous me l’aviez dit ça m’a rendu moins triste.
– Il est plus heureux là où il est, compatit Manoushka.
– Sûrement oui, acquiesça
 Florence.
– Bien, on va voir pour votre mari. Vous avez une photo ? demanda Manoushka
– Oui, j’en ai toujours une dans mon portefeuille.
Elle sortit une photo d’identité noir et blanc… L’homme au visage angulaire n’était ni beau, ni moche, ni antipathique, ni sympathique mais le cliché était correct. Manoushka le dévisagea. Elle avait la sensation bizarre du « déjà-vu », un frisson glissa le long de sa colonne vertébrale et ses mains se mirent à trembler imperceptiblement … Florence Guski dont les yeux étaient rivés sur l’image de son époux ne remarqua pas le trouble soudain qui perturbait la voyante. Comme à l’habitude, puisque c’était là le don exceptionnel de Manoushka, les lèvres de la photo s’étaient mises à bouger :
“J’aurai une promotion et une augmentation substantielle. Dans le cadre de mes nouvelles fonctions j’aurai à…”
La sonnerie du téléphone laissa en suspens les confidences de la photographie.
– Excusez-moi, dit Manoushka en se levant pour aller répondre. Je reviens tout de suite ! L’entretien avait duré plus longtemps que prévu et Manoushka s’excusa de nouveau avant de poursuivre.
– Ne vous en faites pas, votre mari aura une promotion. Il aura aussi une augmentation dit-elle en se rasseyant.
Après avoir raccompagné Florence Guski, Manoushka, toujours perturbée par cette sensation de « déjà-vu », songea un instant à se rafraîchir le visage mais y renonça aussitôt car
elle était
légèrement maquillé
e. Pour se libérer l’esprit, elle remit le concerto de Ravel en sol majeur, interprété par Samson François, alluma une bougie et fixa la flamme qui vacillait. La sonnerie de l’entrée interrompit brusquement l’état hypnotique dans lequel elle navigait. Quand elle ouvrit la porte, elle fut saisie par la beauté d’une très jolie femme rousse tout habillée de noir qui semblait faire fi des tendances de l’été. Cette longue silhouette, juchée sur une paire de talons hauts à lanières, semblait occuper toute l’embrasure.
– Bonjour Madame, je vous en prie, entrez !
– Bonjour. Merci.
– Installez-vous, mettez-vous à l’aise !

…/…

  • Vues963
  • Évaluations12345
6 Commentaires
  1. Loulette 5 mois Il y a

    et????????LA SUITE ZAZA;;;la suite stp!!!

  2. Impoésie 5 mois Il y a

    J’ai lu les deux et moi aussi j’attends la suite.
    Long suspense.

  3. SYL30 5 mois Il y a

    Oui oui oui ! La suite vite.

Laisser une réponse

©2018 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

nec in consectetur pulvinar felis consequat. elementum dolor ultricies efficitur. adipiscing

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account