Le livre du printemps m’ouvre ses blanches ailes

Voici le temps des nids, du bonheur sous les branches,
Quittez la ville, amis, pour fêter ces beaux jours
Sur le bord des chemins éclosent les pervenches
Au temple vert d’avril, c’est le mois des amours.

Auprès d’une fontaine où s’épanche ma plume,
A l’ombre d’un tilleul, je contemple cet or,
Ce souffle d’angelot, que le soleil rallume,
De mon autel divin je découvre un trésor,

Tout me parle aujourd’hui sous la voûte charmante,
Le murmure de l’eau, la flûte du pinson;
En riche possesseur, même mon âme, chante
Célébrant le retour du lys et du bourdon.

Le livre du printemps m’ouvre ses blanches ailes,
Tout baigné de tiédeur chaque page est parfum
Et porte la splendeur des images fidèles.
S’enchante mon silence en l’antique jardin,

Un invincible espoir ravive ma jeunesse,
Sur ma lyre d’ébène il neige du nectar,
Du vent, des cheveux d’ange, un hymne à la tendresse
Et chacun de mes vers s’envole sur un char,

Sur mon front ceint de fleurs, saluant ta venue
Un frisson merveilleux sans heurt, vient s’assoupir
En posant sur mon cœur sa dentelle menue
Et mes yeux couverts d’or ont des larmes saphir.

  • Vues1260
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

tristique Nullam massa Donec luctus sem, at vulputate, ipsum sed Aenean venenatis

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?