Le Fou de Bassan

Le Fou de Bassan

Sur l’eau verte et saumâtre et panaches d’écume,
L’oiseau galbe son aile, observe en tournoyant,
Puis vite, en un plongeon, dans la mer se noyant,
Disparaît, pour renaître au dessus de la brume.

Sur la bruyère en fleur où l’été se consume,
Tu t’en vas, tel un barde à l’esprit clairvoyant,
Extirper de ce fou dans un ciel rougeoyant,
Un brin d’évasion pour instruire ta plume.

Puisque les mots écrits apaisent les sanglots,
Et qu’à tes pieds, jadis, pour l’aimé sur les flots,
Les adieux dans la roche ont gravé l’espérance…

Mais tu fixes au loin, le phénix de ces eaux
Qui sonde obstinément, comme pris de démence,
L’onde mystérieuse aux poupes des bateaux.

  • Vues3036
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

risus Phasellus sem, Curabitur vulputate, consectetur ipsum ut

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?