Le feu des comètes

Mille miettes de nuit ne font pas les grands rêves
Ni chevaucher le vent sur l’écume des grèves.
Quand les fragments de lune abandonnent, bannis,
Tu t’éveilles à nouveau dans ce jour infini.

Qui te guide aujourd’hui sur la route pluvieuse ?
Tu voudrais la beauté mais la mort est envieuse.
Le blanc marbre n’est fait que pour le teint blafard
Toi la pourpre à ta peau transparait sous le fard.

Les démons savent tout des crimes qu’ils commettent
mais les preuvent s’en vont dans le feu des comètes.
Dans ton ventre un incube injecte tous les soirs
le flux d’or fin fondu de tous tes ostensoirs.

je ne peux te haïr et t’aimer serait pire,
en des temps révolus tu étais mon empire.
Ai-je bu ton poison dans le vin du festin
sans jamais pressentir mon funeste destin ?

Lucifer a forgé dans ta main une lame
pour me trancher ce coeur attaché à ton âme.
Où l’enfer est empli de sombre vanité,
tu ne seras jamais une divinité.

  • Vues1555
  • Aime0
  • Évaluations12345

2 Commentaires
  1. Stigmate 4 ans Il y a

    Ce texte est vraiment magnifique !
    Il y a d’ailleurs des tournures de phrase vraiment bien trouvé !
    ” Tu voudrais la beauté mais la mort est envieuse. ” , ” je ne peux te haïr et t’aimer serait pire, ” !
    C’est beau et bien écrit et l’histoire est fascinante et mystérieuse , j’aime les textes nocturnes !

    Merci Arty Zhanal vos mots sont très beaux ^^

  2. Arty Zhanal 4 ans Il y a

    Merci Stigmate, il est vrai que j’aime l’image dans l’image qui permet des moments d’aération que chacun perçoit comme il veut
    ton commentaire est très sympa
    arty

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

adipiscing commodo libero. elementum Praesent leo

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account