Le dernier voyage

Le train surgit des ténèbres.
Réveille-toi, citoyen capon !
Dans la campagne endormie, la lune est blême ;
Une colère froide blanchit sa figure ;
Son rayon balaie des visages apeurés ;
L’astre pénètre les wagons à bestiaux ;
Il les accompagne à la nuit du tombeau ;
L’innocence funèbre roule vers la mort.

Une mélopée lugubre rythme le convoi ;
La promiscuité d’un univers immonde
Transforme l’individu en troupeau amorphe.
Sous les roues, la ferraille entrechoque
La résistance réfugiée dans la matière.

Les enfants pendent aux basques de l’espoir ;
Leurs pleurs les attachent à l’humain.
Mais le destin suit un train d’enfer
Leurs larmes n’éroderont point les cœurs de pierre.

Le soleil découvre les étoiles jaunes.
Les nuages peinent à cacher l’infâme ;
L’éclair ne déchire pas l’ignominie ;
L’orage ne frappe pas l’opprobre.
La locomotive siffle la camarde
Dans un désert d’humanité.
L’imagination fertile conduit la haine ;
Elle s’arrêtera à la solution finale.

Les wagons vides repartent vers l’oubli.
La bétaillère est derechef peuplée ;
Des bêtes ont remplacé les boucs émissaires.

Six millions ont fait le grand voyage ;
Leur trajet a strié l’Humanité.

  • Vues2015
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

mattis id libero. ipsum felis adipiscing Lorem

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?