Le démiurge incapable

Quel dieu dois-je implorer de frapper à nouveau
D’un éclair de génie ma pensée sabotée?
Peu à peu, l’atelier de mon jeune cerveau
Se vide des splendeurs qui faisaient sa beauté;

Je n’entends plus la voix de mes muses célestes!
Privé du son radieux de leurs plus belles phrases,
Mon coeur est un désert de silence funeste;
Où sont passés ces chants qui regorgaient d’emphase?

Je me souviens des mains de la Lucidité
Modelant mon esprit selon son idéal
En le plongeant au fond de son infinité;
De la chaleur solaire, et du froid boréal

Qui, tour à tour, jetaient à l’atroce fournaise
Ma conscience étherée, puis la portaient plus haut
Vers l’onde vaporeuse où les tourments s’apaisent
Et dont chaque lueur est un divin flambeau;

Du grand bonheur, enfin, de façonner l’ouvrage,
Le polir, le graver dans l’écorce du monde
Sous le rayon sacré qui caressait la page,
Et puis l’imaginer, de ses courbes fécondes,

De ses lignes portant toute l’humanité,
L’imaginer, ainsi, dessiner sur ma tombe
Le portrait délicat de mon éternité.
Ô gloires oubliées, voyez comme je tombe!

Car mon âme ne voit plus le beau dans les choses
Qu’adore la passion, mais que la raison fuit:
Plus rien qu’un éclat terne dans celui des roses,
Et dans les monuments, rien d’autre que l’ennui;

Plus rien qu’une torpeur abrutissante et moite
Dans un esprit jadis si plein d’exaltation!
Ma pensée, désormais, plus creuse qu’une boîte,
S’éloigne autant qu’un fou de la Contemplation.

L’âme est un tronc massif sur lequel tout repose
Et auquel chaque instant peut venir attenter;
La Sagesse est un fruit, que la tempête expose
Et dont le Temps, toujours, viendra se délecter.

  • Vues1591
  • Aime0
  • Évaluations12345

6 Commentaires
  1. Mireille Masson 4 ans Il y a

    Mélancolie, votre âme semble quelque peu sombre et terne !
    Votre pensée … comme une boîte , dites-vous ?
    Et pourtant, l’excellence est là, dans ses vers !

    Et quelques petites étoiles pourraient peut-être faire pétiller tout çà ?

    Amitié
    Mireille

    • Auteur
      Raldomor 4 ans Il y a

      Merci bien pour ce retour !
      Paradoxalement, c’est la perte d’inspiration qui m’a inspiré pour celui ci, espérons que l’absence ne dure pas…
      Merci encore, en tout cas!

  2. gabriel-desanges 4 ans Il y a

    Votre esprit vide de toute muse ?
    Une âme que plus rien n’amuse,
    mais que la mélancolie abuse ?
    Pourtant cet écrit plein de ruses

    prouve le contraire !

  3. Mireille Masson 4 ans Il y a

    Raldomor,
    Je viens vous retrouver un peu car une telle écriture dans son excellence (et par manque d’inspiration, qui plus est !) mérite plus que trois commentaires, tout de même.

    Bonne journée
    Mireille

  4. Mylicoeur 4 ans Il y a

    Je vous ai parcouru…puis lu…Et relu…
    Vous décrivez de si belle manière, avec de beaux et habiles vers, ce que j’ai ressenti longtemps sans mettre les mots dessus pour autant.
    J’étais perdue dans un grand vide, les pages vierges devenues arides, le cerveau brûlé par l’acide de l’amertume qui rend avide.
    Et là. .. je vous lis et tout s’éclaire !
    Oui je vous lis et tout est clair !
    Vous avez libéré d’un gros poids mon esprit
    Cher Raldomor je vous en remercie !

    Je suis sincèrement bouleversée, mais de façon positive. C’est un vrai merci.
    Continuez à publier de telles merveilles !
    Mylène

    • Auteur
      Raldomor 4 ans Il y a

      Vos mots me touchent de la meilleure manière possible.
      Si les miens peuvent avoir un tel effet sur vous, alors j’en suis ravi!
      Merci beaucoup!

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

dolor diam Phasellus accumsan felis porta. suscipit amet, sit dolor. eget venenatis,

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?