LE COQ (en alexandrins)

Emblème des sommets, le premier chant du jour
Plumage en clé de sol et bec à ciel ouvert
Réveille les vivants de haute et basse cour
Aux rayons du soleil revenus sur la terre !

Au grand dam de nos Rois ce révolutionnaire
A crête et barbillon tout en rouge de sang
Est aux bons citoyens symbole à part entière
Après Dieu qui le fit ” Archange du levant ” !

Chaque plume en trophée et Gallus polygame
Peint de mille couleurs ses gloires éphémères,
Tel un conquistador qui règne sur les Dames
Ce Maître de harem est ” animal solaire ” !

Cocarde du Gaulois qui lui a pris son nom,
Des Français qui en font à loisir leur drapeau,
Partout la République exhibe à ses frontons
L’oiseau d’or ou d’argent sensé faire le beau !

Si la poule caquette et le poussin pépie
Le fier gallinacé chante ” cocorico ”
Mais volatile au nid fait petit qui grandit
Et cri du coq  … au vin  :  cocotte en concerto !

Laurent-Adrien ASSELINEAU

  • Vues2280
  • Aime0
  • Évaluations12345

1 Commentaire
  1. Baguette 6 ans Il y a

    Plein d’humour et de vie, malgré la mise à la cocotte après un
    choix crucial du cuisinier ou cuisinière.

    Le portrait est vivant et coloré, comme une leçon de chose, Je me vois à l’école regardant le maitre monter sur ses ergots criant cocorico.

    A bientot Monsieur LAFONTAINE

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

velit, commodo adipiscing id et, quis,

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?