Le clos fleuri “maison de retraite”

La vie s’écoulait
Depuis des lustres
Tranquille et sereine
Avec Ninon la directrice
Dans cette maison de retraite
Sa réputation
Avait dépassée les limites
Du département
On refusait des entrées
Et, puis Ninon
Avait voulu rejoindre sa région
Elle avait obtenu sa mutation
Une jeune femme acariâtre
À la peau jaunâtre
Était venue rejoindre au grand dam
Des pensionnés le pavillon
Tout en un instant était bouleversé
La chambre 17
Ne faisait que perdre ses hôtes
Marguerite, femme de militaire
Veuve depuis des années
Aurait bien intégré cette pièce
Pour aller rejoindre céans
Son époux décédé
Voilà bien des années
Mais la maladie vint gâcher
Ses derniers instants
Elle n’en eut pas le temps.
En face de cette chambre
Un couple de retraités
Si lui était en forme
Son épouse vivait mal
Ce passage forcé
La directrice acariâtre
Avait rarement un mot
Pour la famille de ses pensionnés
On aurait dit
Qu’il n’y avait pas de vie
Au Clos fleuri
Les repas étaient fades
Au dire des occupants
Julie la rebelle
Venait d’entrer en ces lieux
Et, elle qui n’avait pas
Sa langue dans sa poche
Allait faire entendre
Le son de la cloche.

IRIS 1950

  • Vues1459
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

velit, felis Phasellus ultricies suscipit dolor. sit quis luctus commodo id, risus.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?