Le clos des charmes

Je connais des cannibales qui ont par politique

Gouttés aux amygdales dun grand maître sorcier

Et puis il y a mon père qui a assimilé

Le rein dun autre, un jour dans une clinique

 

 

Jai vu des femmes ternes de navoir épousé

Ainsi leur noble frère quelles auraient tant aimé

Et puis il y a laïeul qui disait chaque matin

Jamais nous ne ferons de mariage consanguin

 

 

Je vois quand laube apparaît, des cœurs abbondent

La journée passe et merde! ils deviennent si sombres

Ils rentrent tard en soirée, avancent à reculons

La mort des promesses dune journée de colombes

 

Je connais des amours à lâme cabossé

Ils cherchent des racines juste pour se poser

Et dès quun beau minois passe devant leurs yeux

Ils perdent cette route qui les menait au pieux

 

Il est des clos de charmes ou nous allons parfois

Aux mains ouvertes et belles offertes en joies

Il ny a pas de nord, ni de sud pour la vie

Cest une chose qui luit, et ne suit pas de lois

 

  • Vues1667
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

amet, nunc mi, ultricies eget lectus efficitur. tristique

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?