Le ciel tremble sur le bord de tes cils

 

Laisse la valse des ombres s’éloigner sur le chemin ;

Garde d’importance le soleil rouge de nos nuits,

Les carnavals rayonnants au ciel de notre vie

Et, dans nos mains, le parfum des bouquets de printemps.

 

La caresse d’un chant d’oiseau viendra toujours effacer les froidures.

La main d’une lampe écartera les voiles des brouillards

Apaisant la morsure de l’angoisse qui pèse sur ton pas.

 

Dans nos regards, des champs de blé contempleront de nouvelles aurores,

Quand, sur un drap d’aquarelle, les mimosas agitent leurs perles

Et les saules s’égouttent de rosée au-dessus des rivières.

 

Sois sauvage et sublime, plein de sève et d’ardeur,

Danse et enfante des cascades de rires,

Fais chanter les cailloux, les menhirs sur la lande

Et oublie les ombres qui s’éloignent sur le chemin.

 

  • Vues1620
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

leo. commodo neque. dapibus eleifend luctus ipsum Aenean suscipit libero. ultricies amet,

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?