Le Burgrave (La Sainte-Vehme 3)

En pénétrant dans cette colossale forteresse, dont l’enchevêtrement de tours, de donjons et de courtines montrait toute la magnificence d’un système défensif, les deux cavaliers purent se rendre compte de l’influence que pouvait avoir le Burgrave d’Hombruch…

Un valet d’armes les guida dans ce dédale de pierres et de bois jusqu’aux grandes écuries où ils purent laisser leurs chevaux à la charge de palefreniers affairés à leurs besognes…

Ils furent conduits dans une petite salle basse pourvue d’étroites meutrières qui laissait entrepasser une fine lumière pouvant maintenir dans cet espace réduit juste ce qu’il fallait pour que l’on puisse distinguer ce qu’il était nécessaire d’apercevoir…

Ils demeurèrent là une longue période de temps en se demandant si on n’allait pas les oublier là…

Gisbert, le fidèle compagnon du Teutonique commença à grommeler :
– »Ma parole s’ils nous laissent là toute la journée je vais faire un raffut du diable !!!… »
Le jeune chevalier, plus habitué à la patience et au savoir-vivre le rasséréna. Bien lui en prit car un bruit de pas dans le couloir leur indiqua qu’on venait les chercher…

Après encore avoir parcouru des couloirs, monté et descendu des escaliers en colimaçon, ils se retrouvèrent dans une grande salle tapissée de peaux de bêtes et de tentures, avec de nombreuses armoieries suspendues dans chaque coin du pur…

Un homme trapu au regard clair et pénétrant, se tenait devant l’immense cheminée sculptée et les observa en silence…
Puis prenant la parole il leur demanda de décliner leurs identités :
– »Je me présente à vous Seigneur Burgrave, je suis Robert Essen comte de Lüdenscheid …J’arrive de la commanderie de Schalksmühle où mon supérieur m’a demandé de venir en votre château pour y attendre une mission …»

– »Une mission… Gosh !!! Je n’en crois pas mes oreilles… Êtes-vous bien sûr de ce que vous me rapportez là ??? »

– »Tout à fait Monseigneur !!! Le grand jeune homme ,qui dans l’esprit du Burgrave n’avait pas tout à fait terminé sa poussée, semblait sincère et résolu…

– »Jamais entendu de parler de cela…Pouvez-vous m’en dire un peu plus ??? »

– »Je le souhaiterais vivement mais n’ai en aucun droit la permission de plus vous en révéler… »

– »Vous me semblez très mystérieux… Comte … Avez-vous un quelconque document qui prouve vos dires ??? »

Le chevalier sorti alors de son aumonière une bague en argent sur laquelle était gravé un poignard torsadé…

Le Burgrave la considéra un court instant puis la remettant à son porteur il lui dit qu’il donnait son accord pour le recevoir… Puis il s’enquérit de savoir s’il était parent avec l’évêque d’Essen…

« Vous n’êtes pas sans connaître que nous avons enterré ce malheureux Abbé de Lammerling et que j’y ait cotoyé ce personnage dont vous êtes sans doute parent ???… »

« Il y a entre nous une vague parenté mais je ne saurais vous dire quel en est le degré »admit le presque jouvenceau…
Un peu d éçu par la réponse le maître des lieux leur demanda de prendre congé…

Ils passèrent beaucoup de temps à visiter et étudier les multiples astuces de ce château féodal puis allèrent dans leurs quartiers réservés et s’y installèrent pour la nuit…

Au matin une trompe les réveilla en sursaut et ils durent se joindre à un équipage qui partait chasser l’ours dans la forêt de Wattenfeld celle-là même où avait eu lieu le meurtre des moines…

Après avoir avalé une grosse soupe ils coururent à leurs montures aidés par des servants particulièrement actifs…
Lorsqu’ils pénétrèrent dans la grande cour une vive agitation régnait…
Des cavaliers s’apostrophaient en se lançant d’énormes défis pendant que les valets de chien rassemblaient les dogues monstrueux…

« Jagd!!! Jagd!!!“ lançaient-ils pour les exciter avant le départ…

Chacun n’avait droit qu’à une courte lance et un petit poignard pour sa défense…
Il fallait laisser à ce plantigrade énormément dangereux sufffisamment de chances pour que chacun puisse montrer à la fois son courage et son habileté…

(A Suivre)

 

  • Vues1162
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires
  1. Trémière 3 ans Il y a

    ah ah ! Vivement la suite !

    Bien amicalement

    Rose ( pas croix quoique …. hum !)

  2. Trémière 3 ans Il y a

    j’aime bien la photo de l’ourse

    si peu de commentaires ! Aïe ! ça me fait mal !

    Bien à toi Rym

  3. Auteur
    rymailleur 3 ans Il y a

    Merci de me lire Rose…
    J’espère que le sus pense vous surprendra…

    Amitié poétique
    Rym

  4. Raymond 3 ans Il y a

    Après le 4 la chasse paraît inégale la bravoure fait le reste!

    Merci

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Donec efficitur. quis, sem, ipsum mi, adipiscing dapibus et, eleifend vel,

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account