l’aurore d’un autre matin…

Partition après partition, je renoue avec ce mouvement de la romance. Elle me conquière comme jadis avec son incandescence. Elle s’invite dans toute les parties de ma chair et surtout elle ce concentre autour de sx.

Déjà Elle me propose une réconciliation, à moi, qui fut brutalement sortie de sa dimension. Mon baiser en chaud et mon touché brulant, mon haleine dégage un mélange de souffre et de phosphore. La sienne est fraiche, même son corps en chaleur outre faire rougir sa peau est loin de l’embrassement qui en ce moment me saisie. Nous sommes dans la dimension des couples, des aimants et des amants. Le coq n’a pas chanté que déjà je recherche l’autre contacte avec sa peau. mon réveil à ces cotés se situe entre la rêverie et la vision de l’aurore sur son visage. Elle n’a pas encore dis ces premiers mots que déjà la dévore du regard. Le femme auprès de moi est belle et ardent est mon désir pour elle. Je suis caresse le visage comme pour la sortir de ce que je qualifierai de torpeur. Son visage angélique de cesse de imprégner dans mon esprit. Elle ma marqué au fer rouge. De me débarrasse de se voile en soit qui couvre sa peau afin de découvrir la courbure de son corps, je suis délicat mais sa fait quelque minute que l’agitation de ses paupières me dit que son sommeil est léger. Elle me laisse faire, j’y ai droit. Nous avions passé plusieurs année sans nous voir faute de temps, de bonne volonté ou d’autres contraintes. Alors j’avais droit à ma part de contemplation. Je n’ai jamais pu l’imaginé nue, maintenant je n’avais plus à triturer mon esprit mais bien à apprécier le moment. Nous nous étions arrangé pour nous voir uniquement la nuit, elle partirai au petit matin lever. Le réveil à quatre heure retentissait toujours et les nuits avec elle avait toujours un parfum d’interlude. Mais cette fois j’avais fait exprès de changer la pile du réveil. Elle n’avait aucune obligation ce matin là mais c’était pour elle un rituel, elle m’introduisait dans son agenda et moi je la laisser repartir avant le matin levé.  Mais ce matin là j’allais être égoïste, je voulais profité de sa nudité encore quelque heure. J’avais tout de même pris soin de contacter le room-service, pour un petit déjeuner groumant -jus d’orange pressé, un verre de café au lait et des petits pâtisseries, bref c’est elle qui choisissais toujours l’hôtel, elle me transmettait les indications par sms. Et comme pour préparer ma plaidoirie, à son total réveil, puisque je l’avais déjà vue dans ses émois, et bien que celà me plu je dois avoué. je m’attendais à une réaction fulgurante comme seule de femme amoureuse et en colère. “Juste un bonjour et un as-tu passé une bonne nuit? “. C’était l’aurore d’un autre matin…

  • Vues1612
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ut pulvinar fringilla amet, leo. ut

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?