L’attente est déjà le début de l’amour

Ce soir, seul au vallon mon âme boit l’attente
Viendra-t-elle fleurir les courbes de mon cœur
Où bien est-ce l’oubli que le rossignol, chante
Rien ne peut m’apaiser pas même ce charmeur

Je sais l’enchantement de sa douce présence
L’opale de ses cils, rutilant et sacré
L’amour incandescent s’éteint en son absence
Rien n’existe, sinon sa flambante beauté

Hier, sur le chemin je glanais à sa bouche
Un chapelet de fleurs et de blonds épis d’or
Je possédais le ciel, aux roses de sa couche
Elle était mon soleil, mon frisson, mon trésor

Mes vers étaient émail et fine porcelaine
Je buvais le bonheur au ruisseau de ses yeux
Au souffle de ses mots, à sa claire fontaine
Au miroir de son corps se reflétait mes cieux

Pourtant je suis si seul au rendez-vous des roses
Les bras tendus au ciel, en vain, j’implore Dieu
J’ai pris tout leur mystère aux éternelles choses
Jamais je ne veux croire au chagrin de l’adieu

J’aime trop son regard, ses tendres violettes
Comment vivre sans elle en sachant son séjour
C’est le don de l’espoir que fondent les poètes
Tant l’attente est déjà le début de l’amour

  • Vues1922
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Aliquam dolor. mattis ultricies dapibus luctus Sed commodo vel, Lorem non

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?