LARMES DE TORTUE (en alexandrins)

Comme étoiles là haut s’en vont vers l’infini

Testudines iront peut être au paradis ?

Je voudrais sublimer leurs desseins enfouis,

Leurs secrets emportés et leurs étranges vies !

 

Juste en sortant de l’oeuf ces petites maisons

S’échappent dans les mers du grand Poseïdon,

Du sable sur leurs toits, scaphandres aux dos ronds

Sont guidés par le ciel vers d’autres horizons …

 

Fragile carapace en oubli de son père

Novice pleure aussi l’abandon de sa mère.

Victimes des poissons et des oiseaux sur terre,

Peu d’entre elles vivront la fin de ce mystère …

 

Créatures sans âge où trouvez vous l’espoir

De votre destinée en l’océan mémoire ?

Dessinant un mirage aux cils de vos nageoires

Vous dansez dans la mer votre ineffable histoire …

 

Détails de la tortue : en s’écaillant parfois

Palpite un coeur qui bât sans dire son émoi,

Silencieusement ses petits quant’à soi

Brillent en perles d’eau pour que ses maux se noient …

 

3 Octobre 2014

Laurent-Adrien ASSELINEAU

  • Vues1704
  • Aime0
  • Évaluations12345

9 Commentaires
  1. Baguette 4 ans Il y a

    Je suis enchantée par ce joli poème sur la fragile tortue.
    Vos alexandrins nous font des tableaux bien tristes sur
    ces petites tortues, et votre tendresse pour elles est très émouvant dans le dernier vers.

    Bravo Ami pète n’êtes vous pas aussi vétérinaire ??

    Bisous

  2. Sofian 4 ans Il y a

    J’ai trouvé le titre très poétique, le reste un peu moins
    Le thème est intéressant mais le style manque de fluidité comme si la contrainte “alexandrin” avait pris le dessus. Cela sonne haché.
    A noter que les rimes ne respectent pas la prosodie classique notamment dans l’enchaînement des genres.
    Bien à toi Sofian

    • Auteur

      Bonsoir Sofian,
      Merci de votre lecture et de ce commentaire qui m’oblige à vous indiquer ce qui suit :
      La prosodie classique a beaucoup évolué avec la musique qui est son sens premier. Merci à vous de considérer cette réalité.
      Ici, le récit est construit avec la chronologie des souvenirs vécus.
      La lecture que VOUS faites de ces alexandrins sonne ” hachée” à VOTRE oreille, je peux le comprendre …
      La fluidité procède du même ressenti subjectif qui vous est très personnel et que je respecte bien qu’à l’évidence la rédaction comme le style de ces alexandrins sont ” très agréables à lire “, “musicaux” et “remplis de poésie”
      etc… ( dixit quelques critiques récentes )
      Vous êtes la seule personne depuis un an et des centaines de commentaires qui m’écrive ainsi …
      Pardon, mais comme ces très nombreux lecteurs, je suis en total désaccord avec vous.
      Bien à vous également,
      Laurent-Adrien ASSELINEAU

      • Sofian 4 ans Il y a

        Je respecte votre avis mais je ne le partage aucunement.
        Rien que le premier vers ne sonne guère élégamment .
        Vous élidez l’article et cela n’est point charmant. Quant à ceux
        qui trouvent vos alexandrins” très agréables à lire “, je ne peux que leurs conseiller de les dire à haute voix. La poésie est faite pour être dite non pour être lu.

        bien à vous Laurent
        Sofian

        • Auteur

          Re bonsoir Sofian,

          ” Comme étoiles là haut // s’en vont vers l’infini ”
          ” Testudines iront // peut être au paradis ” ?

          Votre argumentation est à l’évidence fausse au plan musical tant il est doux de le dire à haute voix, fausse au plan poétique parce que les césures rythment avec fluidité les deux fois 6 syllabes, fausse pour ce qui est de la prosodie parce que les accents musicaux s’équilibrent et tout à fait bizarre au plan de l’élégance ( mot dont le sens semble vous échapper )
          Ces deux alexandrins chantent et sonnent parfaitement bien.
          Pianiste et surtout mélomane, la prosodie m’est chère, vous le comprendrez …

          Si c’est le ” là haut’ qui vous gêne, les très grands Baudelaire et Victor Hugo l’ont écrit bien avant moi …

          Je n ” …’élide … ” aucunement l’article, je réponds en détails.
          Je n’ose ici encore pas comprendre la motivation de votre illégitime agressivité …

          Ceux qui ont aimé ce poème en alexandrins auxquels vous semblez donner la leçon de la poésie dite à haute voix sont pour certains d’anciens collègues de France Culture ou bien des amis qui ont été administrateurs de théâtres comme je l’ai été …
          Soyez un peu plus respectueux pour tous, moins donneur de leçons et si cela vous semble possible, plus nuancé voire plus élégant !
          Soyez moins péremptoire Sofian et ne laissez qu’en même pas croire à ceux qui vous liraient que vous seriez jaloux de mes très modestes alexandrins …!

          Bien à vous,
          Laurent-Adrien ASSELINEAU

          PS : j’ai lu votre requiem automnal et rédigé un commentaire plus que raisonnable qui devrait vous inspirer dans cet art sublime qu’est la modération …

  3. LYONNAIS2015 4 ans Il y a

    Bravo pour ce beau poème.

  4. Amarante 4 ans Il y a

    J’ai bien aimé ce poème dédié à un animal, qui, en dehors de sa course mémorable contre un lièvre prétentieux, ne fait guère parler de lui dans le vaste répertoire de la poésie.

    Et tant pis si les alexandrins ne sont pas au poil, la tortue est bien jolie dans sa parure d’écailles…

    Amicalement
    Amarante

    • Auteur

      Bonjour Amarante et merci de votre lecture …
      Ce poème en alexandrins dit l’émerveillement que j’ai eu en Floride en
      voyant ces étranges petites bêtes s’en aller du sable à l’océan …
      La poésie n’est à mes yeux pas grand chose sans l’émoi …
      Merci encore d’écrire que vous avez aimé cet hommage à la mystérieuse
      tortue qui incarne si bien le rêve et l’émotion …
      Bien à vous,
      Laurent-Adrien Asselineau

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Praesent ultricies amet, accumsan mi, elit. quis massa sit

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account