Larmes consolées

Les sanglots roucoulent lugubrement,
La passion liquéfiée se déverse
Sur le mouchoir parfumée de sa dulcinée,
Le narguant perfidement
Dans un coin de l’appartement.
Les pleurs psalmodient la prière langoureuse,
Mais la nuit tombe à jamais
Sur l’amante aux traits gracieux,
Sur ce lit encore coquinement défait
Dans lequel l’amour se plisse encore.

Des cataractes de larmes
Roulent sur la mine endeuillée ;
Des guirlande de tendresse
Entourent le cercueil.
L’être tendrement aimé
S’abreuve de larmes salées
Que lui verse sa douce maman ;
Là-bas, dans la nuit éternelle,
Les âmes câlines font pleuvoir l’amour.

L’aurore en joie fond en larmes ;
Elle pleut sur les boutons d’or.
Les étoiles ont scintillé comme un diamant ;
Abreuvant maintenant de sa plus belle eau
L’azalée, la lumière des Cieux
Humectant la plaine endormie.

A l’aube des saisons,
Lorsque l’hiver se couche sous l’horizon,
Les plantes pleurent d’allégresse.
La nature, pleine d’euphorie,
Moule son imagination ;
La pastorale de l’univers
Se décline en mille vers.

Les larmes de détresse
S’imprègnent de la Muse des Cieux
Et des larmes de joies
Perlent en larmoiement lumineux.

  • Vues1057
  • Évaluations12345
0 Commentaires

Laisser une réponse

©2018 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

libero id sit mattis mi, dictum ut ut

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account