L’arbre aux pleurs

Après cette nuit mouvementée,
Après ce rêve pimenté,
Tu as décidé de m’emmener,
Dans un endroit où toi seule avait le secret.
Cet endroit que tu me contais sans arrêt,
Cet endroit qui dans tes rêves tu contemplais,
Cet endroit était tien, il t’était destiné.
Il y avait, en entrant, une vaste forêt,
Un champs empli de fleurs et de roses,
Et des chants de rossignols paraissant virtuoses,
Nous souhaitaient la bienvenue à peine entré.
Tu me pris par la main,
Tu te mise à sourire, courir, sauter, chanter, danser au milieu du champs,
Et c’est au moment où je te fis tourner d’un coup de main,
Que tu tombas dans mes bras d’enfant.
Une fois la danse terminée,
Toi et moi sommes allés au bout de cette forêt,
Il y avait, là-bas, un arbre triste et délaissé,
Ses branches et feuilles semblaient pleurer,
Autour de lui il y avait une mare,
Une mare due à ses pleurs,
Et c’est en voyant son écorce d’art,
Que l’on su que c’était une saule pleureur.
Plus on marchait,
Plus le temps défilaient,
Et, ce n’est qu’au soleil couchant,
Que tu te mis à me parler sérieusement.
A l’issue d’un long débat on se mit d’accord,
C’est ici, sous cet arbre que l’on passera notre accord,
Celui qui nous unira toute une vie,
Celui dont une alliance unit,
Celui dont le cœur et la confiance guérit,
Celui où je serais ton mari.
Et c’est sur de belles paroles qu’on s’allongea au pied de cet arbre,
Peu à peu la vie autour se fit de marbre,
On ne voyait plus passer les heures,
En dormant sous le saule pleureur.

  • Vues1756
  • Aime1
  • Évaluations12345

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ante. id elit. vulputate, consectetur id, Donec vel, leo

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?