L’ami thé.

Aux premiers rayons de l’hiver avant la sourde tramontane.

Aux heures douces sur le vert scintillant de l’herbe nouvelle.

Aux terrasses teintées d’été où l’ombre éteinte se révèle

Un parfum fumant entêté s’ébroue dansant sous les platanes.

 

Aux longues soirées immobiles quand veille sans trêve l’insomnie.

A l’instant de repos fragile entre deux tintements d’horloge.

Aux souvenirs lointains et las où mélancolie sombre y loge.

Un peu de chaleur en éclats d’écorce sous une eau brunie.

  • Vues1814
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

elit. dictum Nullam nec odio sit non

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?