L’amaurose

L’ AMAUROSE

D’avoir omis dans mes prières
Sainte Lucie et Sainte Odile
Je m’éveille un matin
Frappé de cécité

Et paradoxalement
Des saints que l’on maltraite
il ne sort que du laid
J’avais perdu les yeux
il me reste les mains

J’acquiers donc à crédit quelques livres en braille.
L’un d’eux, de bonne facture,retient mon attention

Il est en peau de vachette
Ou peut-être en chagrin…

Je l’ouvre
Et du bout de mes doigts
En débute la lecture.

“Le corps sans âmes”

Le style est fluide,tout en rondeur
J’y découvre à tâtons des mots que je susure
Des mots que je chuchote les lèvres entrouvertes
Des mots que je suçote….

Je bloque par endroit,relit certains passages
Et m’attarde à l’envie sur quelque point crucial

La trame en est légère
C’est propre,jamais vulgaire

Les phrases sans ponctuation
(j’allais dire “d’un seul jet”)
laissent après coup planer
Ma main le temps d’un soupir
les souffles auxquels j’aspire
De récupération

Page après page,d’un doigt mouillé
j’effeuille et je feuillette
Butant sur certains maux
J’avale,je dévore les chapitres
A l’écriture ondulatoire

La conclusion me laisse pantois
fébrile…tremblant…

Voyeur non-voyant

Prudent tout de même
je vais mettre un cierge à Saint René Goupil….
Histoire de ne pas devenir sourd.

  • Vues2029
  • Aime0
  • Évaluations12345

1 Commentaire

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Donec Donec nunc dolor massa venenatis, adipiscing sed justo

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?