Laisser couler

Deux sources de tristesse coulent,

Chassant le mal hors de l’océan.

Les vents soufflent de tous les cotés.

Les vagues ignorent où aller.

Elles se livrent à l’abandon.

 

Le marin perd son navire.

Il pleure.

on dirait qu’il pousse des rires,

de ceux qui déchirent.

 

Ça le déchire.

Ça lui laisse des plaies.

Les plaies guérissent.

Il devient gai.

 

Il lui a suffi de patienter

Que les vents violents

Aient dégagé leurs colères,

Leur…… leur misère.

 

Le marin voile ses larmes.

Le marin brise les lames

Qui déchirent son cœur.

8

A present, l’horison s’éclaircit.

Le brouillard noircit.

On l’entendit murmurer

Quelque chose comme merci.

 

                                

  • Vues1509
  • Aime0
  • Évaluations12345

2 Commentaires
  1. Raymond 4 ans Il y a

    Seul maître à bord après Dieu

    Parole de marin.

    Merci
    v***

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

mi, id pulvinar eleifend felis vel, ultricies felis tristique sem,

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?