La tournée de L’Ankou

—-

La mort de sa puante haleine
Fige les brumes venues de l’Aisne.
La glèbe de l’interminable plaine
Est rougie par le sang de la haine.

—–

Paysans, pauvres tondeurs de laine,
Portefaix, hommes de peine,
Ils sont tombés par centaines
Pour la gloire des vieilles badernes.

—–

Tant de fleurs de jeunesse saine
Digérées par l’effroyable bedaine
Dans une ripaille absolument obscène
Répétée chaque jour, telle une rengaine.

—–

Et passent et passent les semaines
Sans changement de mise en scène.
Chaque soir, l’Ankou ramène
Des charrettes toujours bien pleines.


L’Ankou est une figure du légendaire breton. il est l’auxiliaire de la mort , il passe de ferme en ferme dans une charrette grinçante pour recueillir les âmes des défunts. La légende veut que celui qui entend le grincement de la charrette partira dans l’année.
Le mien est parti faire sa sinistre récolte sur les champs de bataille de la Première Guerre Mondiale .

  • Vues2432
  • Aime1
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

porta. felis odio mi, lectus libero dolor

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account