La rencontre

La rencontre

Le feuillage est en perles dans l’aube de novembre
Les rayons encore froids font larmoyer les fleurs
Les buissons survivants d’un printemps en couleurs
S’éveillent timidement devant la vieille chambre.

Quelques oiseaux au loin font résonner leurs cris
Et transpercent les vents légers qui s’amoncellent
Dans le jardin tranquille danse la balancelle
Sous le mûrier éteint autour du pavé gris.

Un discret bruissement très lentement s’avance
Un morceau de laine blanche mystérieux s’approche
Soudain, me dévisagent, tapis entre les roches
Sans ciller ni frémir, deux yeux d’un vert immense.

Et tandis que les miens lui sourient, dans l’espoir
Qu’il ose venir à moi en méfiant félin
Recueillir sous mes doigts le plus tendre câlin
Sa queue balayant l’air promène sa brune moire.

Incertain, hésitant à venir s’hasarder
Au delà des bordures en pierre de la terrasse
Comme glisse un reptile pelagé de cuirasse
Il s’empresse en longeant le vieux mur lézardé.

Son cou vient doucement se lover sous ma paume
Dans un râle abondant, conquis et soulagé
Que cette main humaine qu’il ait pu présager
Dangereuse, ne soit que caresse d’un homme.

Ma voix ravie lui verse de légers chuchotis
Qui répondent joyeux à ses fins miaulements
Dans l’étreinte dansante, délicieux feulement
Il ronronne et succombe, contre mes bras blotti.

Le feuillage séché par le jour déjà clair
Mon compagnon me quitte pour rejoindre au dehors
La dernière rosée changeant le vert en or
Et le vent de novembre usé et solitaire.

Dans un dernier regard, avant de s’effacer
Sous l’épaisseur humide ombragée des fourrés
Il me sait qui l’attend, le coeur désespéré
De ne pouvoir le suivre dans les rameaux tressés.

  • Vues1417
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

massa ut ipsum consectetur eleifend mattis ipsum commodo

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?