La Physique

La physique est une chose bien singulière.
De sa main invisible et puissante elle gouverne
Pareillement l’immensité et la poussière.
Même toi, ô géant céleste tu te bernes
Si tu penses pouvoir échapper à son joug.
N’écoutant que ses lois, elle attire ou sépare,
Elève ou précipite dans l’ombre ; elle joue
De nos existence sans pitié ni égard.

Aussi il semblerait qu’il lui plût de créer
Entre nos deux corps une force d’attraction
Qui toujours me ramène vers toi, être aimé,
Sans laisser d’autre choix à ma navigation.

Bien souvent me vient la sensation fugace
De n’être qu’un peu de poussière, un météore
Qui parcourt sans relâche le froid de l’espace
Pour finir sa course dans une averse d’or,
Disparaissant pour jamais dans ton ciel vermeille.
Mais hélas, il semble que nous soyons, Amour,
Non comète et astre, mais soleil et soleil :
Sans jamais nous toucher, nous nous tournons autour.

  • Vues1750
  • Aime1
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

eget Aenean sem, ut leo. amet, velit,

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?