la nuit est tomber

La nuit est tombée, oh mon bien-aimé
Et ma tendresse m’a interpellé
Ton souvenir est devenu un spectre
Errant dans l’océan de mes doutes
Répandant le passé en ombres
Nous étions intimité et beauté
Mais voilà que mon cœur a de la nostalgie
Pour l’époque de ma désolation
Et voilà que mes larmes ruissellent
Pour le retour de mes gémissements
Oh guide du désemparé
Dans la nuit du chagrin
Où es-tu maintenant
Ou plutôt, où suis-je
Je suis un cœur qui bat
Dans le monde de la nostalgie
Je suis une âme égarée
Dans la vallée de la désolation
Mon esprit s’est égaré
Entre mes chimères
Et les spectres du désir
Je ne sais plus, oh mon bien-aimé
Qui je suis, ni où je suis
Oh toi qui est si loin de mes yeux
Et si proche de mon cœur
Combien t’ai-je appelé avec ma nostalgie
Sans trouver écho à mes appels
La vie submerge les passionnés
D’intimité et de volupté
Mon cœur a failli fondre
Du trop-plein de ma mélancolie
Si tu revenais à moi, la vie
Me rendrait ma joie passée
Et j’oublierai ce qu’elle m’a fait souffrir
Le long de mes nuits de solitude
Oh guide du désemparé
Dans la nuit du chagrin
Où es-tu maintenant
Ou plutôt, où suis-je
Mon esprit s’est égaré
Entre mes chimères
Et les spectres du désir
Je ne sais plus, oh mon bien-aimé
Qui je suis, ni où je suis
De grâce, oh nuit, mon insomnie a assez duré
Les étoiles ont demandé de mes nouvelles
Je ne cesse, dans ma solitude, de les veiller
Jusqu’à ce que, te traverse, le frisson de l’envoûtement
Je vague dans un monde qui apparaît à mes yeux
Tel un livre où je lis des pages de mes chagrins
Entre un passé qui ne me laisse que des souvenirs
De mon imagination qui persistent
Et des souhaits qui me miroitent, dans mon lendemain,
La rencontre de deux amoureux
Le sommeil a quitté mes yeux
Et la nuit a fait écho à mes gémissements
L’aube, sans ton sourire,
Ne dissipe point ma solitude
Oh guide du désemparé
Dans la nuit du chagrin
Où es-tu maintenant
Ou plutôt, où suis-je
Mon esprit s’est égaré
Entre mes chimères
Et les spectres du désir
Je ne sais plus, oh mon bien-aimé
Qui je suis, ni où je suis
Oh mon cœur, si ma vie devenait plus douce
Et le destin nous offrait le rapprochement
L’aube sourirait dans mes yeux
Et l’oiseau chanterait par ma langue
Je passerais la nuit chantant mon extase
Et la nuit raconterait mon histoire
Oh guide du désemparé
Dans la nuit du chagrin
J’ai changé maintenant
Je sais qui je suis
Je suis l’oiseau chantant dans le monde des rêves
Je suis la bouche souriante dans les jours de rémission
J’étais seule avec mes chimères
Et les spectres du désir, et nous nous sommes retrouvés
Alors m’est apparu, oh mon bien-aimé
Qui je suis et où je suis
  • Vues1606
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

tempus elit. mattis ut elementum nec

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?