La maîtresse

La maîtresse

La maitresse sent bon et puis elle est jolie
Avec ses cheveux blonds ramassés en chignon
Et sa robe légère sans l’ombre d’un faux pli
Laissant claquer divine le bruit de ses talons

Avec sa douce voix, articulant les mots
Elle égraine les syllabes de sa bouche rosie
Que d’un geste assuré, elle écrit au tableau
Retrouvées déguisées sur nombre de copies

Elle passe dans les rangs distillant son parfum
Une remarque, un sourire soulignent une maladresse
Vérifiant les cahiers de ces chers bambins
Il y a de la rigueur mais beaucoup de tendresse

L’élève est attachant parce qu’un peu maladroit
L’exercice est brouillon, la feuille déchirée
On y voit parfois même quelques traces de doigts
Empreinte de ce temps qu’il aura oublié

Perdu sur le terrain de nombreuses batailles
La sueur est au front. Qu’il est dur le devoir !
Les quatre opérations ça fait pas des médailles
Combien de réussites pour rentrer dans l’histoire ?

La raie un peu trop droite et le col trop blanc
D’autres sont prévisibles comme montés sur des rails
Du début à la fin, ils sont au premier rang
Sans jamais les pousser, les voilà qui travaillent

Le socle de savoir bâti au jour le jour
Fait de rires et de larmes entre deux taches d’encre
A la fin de l’année retenant que l’amour
Il n’y a plus de génie et il n’y a pas de cancre

La maîtresse est assise derrière son bureau
Devant la classe vide, elle revoit des visages
Et ces sourires d’enfants comme autant de cadeaux
Comme autant de bons points pour avoir une image

🙂 (26/06/2011)

  • Vues1139
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

risus. tristique elit. dolor tempus libero mattis

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?