La Femme blessée

À Cécile.

La Femme blessée


Ses mèches embrasée lançaient des flammes rousses,

À en faire pâlir les déesses d’Irlande.

Un sourire éclatant sur sa jolie frimousse

Enluminait le ciel de lampions et guirlandes.




Mon esprit se noyait dans le vert de ses yeux

Où divaguaient, autour, les traits de son visage.

Aucune n’aurait su me rendre plus heureux

Que cet être radieux qui s’offrait en partage.




Notre amour débutant rayonnait insouciant

Dans la douce lueur de petits matins clairs.

Elle embellit ma vie pendant plus de sept ans,

Inondant chaque jour de sa vive lumière.




Torturée dans sa chair, lorsqu’elle était enfant,

Par un père maudit qui violenta son âme,

Dans le cloître assombri de son cœur, patiemment,

Couvaient des braises qui emprisonnaient sa flamme.




Transformant sa douceur en agitations folles,

Le monstre qui veillait, tapi dans sa mémoire,

Embrumait son regard dans des vapeurs d’alcool,

Minait notre bonheur à grands coups de boutoir.




Elle aimait sans passion, pour calmer ses tourments,

S’accordant à chacun, généreuse à l’excès.

Elle portait son corps comme un fardeau pesant,

Qu’elle délestait dans des plaisirs empressés.




Sa raison s'égarait dans un monde incertain

D’extases frelatées et de mélancolies,

De langueurs éthyliques qui tentaient en vain

D’apporter à sa peine un indulgent sursis.




Le mal qui la rongeait comme un poison très lent

Transformait son sourire en grimace de haine,

D’où, dégorgeaient soudain les rires inquiétants

D’une horrible chimère à l’apparence humaine.




Déambulant sans cesse au-dessus du néant,

Elle entraîna sa chute en un dernier faux pas.

La mort indifférente avait pris tout son temps

Pour éteindre l’étoile qui brillait en moi.




Georges Ioannitis

Tous droits réservés


  • Vues2811
  • Aime0
  • Évaluations12345

4 Commentaires
  1. MUSE31 1 an Il y a

    Les quatrains je m’en moque et la technique de la poésie a peu d’importance pour moi…
    Par contre, l’émotion, le ressenti, les sentiments, votre état d’esprit que vous transmettez par vos mots dans vos écrits sont très importants.
    Une émouvante poésie…
    J’aime beaucoup…
    Merci

  2. Auteur
    Georges Ioannitis 1 an Il y a

    Merci Muse 31 . Ce texte m’est très cher et votre commentaire me touche particulièrement, Mes amitiés, Georges.

  3. ÖdeLa 1 an Il y a

    Un texte tellement touchant cette femme n’a pas su où pu trouver le chemin de résilience pour que cet enfant violée puisse devenir une femme reconstruite……malheureusement …ses démons ont été plus fort que son désir d’aimer et être aimé ,,bel écrit

    Merci

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Donec adipiscing ultricies ante. Aliquam ut dapibus id, suscipit

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?