La Belle endormie

– La belle endormie –
 
Je rentrai ce soir-là, plus tard qu’il ne faut
Un vieux standard de jazz passait à la radio :
La trompette de Baker pleurait dans son trio
Son Funny Valentine était toujours si beau.

Elle ne m’accueillit pas comme à l’accoutumée
Peut-être était-elle juste un peu fatiguée.
Je me servis un verre avant de l’embrasser
Et marchai vers la pièce où elle se reposait.

Le soleil couchant éclairait notre chambre
Dessinant sur les murs des taches d’or et d’ambre
Un recueil de poèmes, laissé sur le bureau
Était resté ouvert sur une page de Rimbaud.

Elle dormait allongée sur un drap de satin
Le visage éclairé par un sourire serein,
Son parfum délicat de miel et de santal
Se mêlait à celui d’une odeur de métal

Au pied du lit gisait une lame tranchante,
Celle qui, quelques heures avant que je ne rentre
D’un geste irrévocable avait occasionné
La plaie sanguinolente qu’elle avait au poignet.

Georges Ioannitis
Tous droits réservés.

  • Vues1092
  • Évaluations12345
1 Commentaire
  1. Jeanlegentil 7 mois Il y a

    Bonjour Georges

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

dolor quis, risus ut libero. massa leo Praesent odio mattis venenatis, Lorem

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account