La belle au toit dormant

Six heures ma première taffe,
Sur le bord du velux,
Pour moi c’est ça le luxe,
Le gazouillis d’un piaf.

Sur les murs qui lézardent
De la vieille mansarde,
La photo grand format,
Où tu ris aux éclats.

Sous ton pull bleu marine
On devine ta poitrine.
Je sais bien p’tit moineau
Que c’est pas du Doisneau.

Elle adorait Virgile,
Le poète latin.
Déclamant le matin,
De sa voix si fragile.

Que j’envie passereau
Ta gaîté aux aurores.
Pour une miette tu m’honores,
Tu me traites en héros.

Elle a quitté le nid,
Me laissant seul, exsangue,
Sur ce rafiot qui tangue,
Sous les vagues d’ennui.

Mais demain pas d’aubade,
Les volets seront clos,
Car mon coeur à huis clos,
Va battre la chamade

Dans Libé pour les potes,
Je laisserai cette note.

“N’ayant plus de kleenex
J’vais retrouver mon ex ;
Ce sera chouette à l’étroit
Comme avant sous les toits.
Je n’veux pas d’épitaphe
Sur le marbre gravé,
Mais deux coeurs enlacés
Que picore un p’tit piaf ”

  • Vues1592
  • Aime0
  • Évaluations12345

1 Commentaire
  1. Personne 2 ans Il y a

    J’aime bien votre plume. Merci pour ce joli partage.

    1 V + *****

    Bonne journée
    Amicalement
    Personne 😉

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

nunc accumsan ut adipiscing quis, Phasellus leo.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account