L ‘aveu

l’aveu

pour cet ultime aveu, pour le prix de la souffrance, de l’ignorance, le refus, la non communication  la non compréhension, pour le nom que je porte, aux racines sauvage et inhumaines, bien plus que je ne l’ai été moi même , à cette source tarie pour tant et tant  de labeur, de recherches de non explication, de folies je dirais même pour cette simple reconnaissance d’avoir été en vers et contre tout des votre, dans l’ombre du silence et de l’omerta., sans honneur e sans gloire de votre part ,e vous remercie du plus profond de mon cœur. qui pour une main tende est une main de trop, le souffle de mon cœur au vent de l’allégresse, d’un combat pour l’amour en cherchant chaque jour un nom ou une adresse  aux larmes de tristesse.je signe en ce jour sans aucune faiblesse que c’est bien par amour cette unique confesse. Pace et saloute, combat insolite que celui d’un champi à la recherche de son identité de ces racines d’une reconnaissance par les siens, pour le sang qui coule dans ces veines dont il ne recevra en retour l’amère récompense de l’ignorance du mensonge du rejet certain d’avoir été le fruit inacceptable de la débauche, d’une maraude de soldats héros bien éphémère inspirée par le repos du valeureux guerrier., les mers et les océans ne suffiront pas  à éteindre ce terrible incendie d’un ultime aveu une vie contre une vie  le prix du fruit défendu muri dans l’ombre, le regret t l’amère certitude pour des nuits sans étoiles et des jours sans soleil,a peur la honte la haine et le désespoir ne seront que son quotidien dans la rage et l’amertume mais ni ces cris, ni ces pleurs ni les hurlements de sa détresse ne pourrons atteindre les siens, pas même ce monde égoïste, seul quelque rayons de soleil pourrons parfois réchauffer son cœur et comme un animal en marge de la  civilisation  il jouira des saisons qui passe tirant les leçons du chasseur chasser, du froid du chaud de la faim et de la soif mais ni sa crainte , ni sa honte et ni sa naïveté pourrons lui garantir son équilibre er sa liberté pour tomber un jour ou l’autre avec certitude dans les mailles du filet de ce que l’on appelle la normalité, mais au fait que reste il de normal à ce jour.

extrait de mon autobiographie << les racines de la révolte.

  • Vues1001
  • Évaluations12345
0 Commentaires

Laisser une réponse

©2018 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

eget ipsum consectetur mi, in ultricies Lorem et, Aenean dapibus

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account