L’ AMOUR, TOUJOURS L’AMOUR

Du langage des herbes aux arbres feuillage, l’odeur de terre des moissons Angélus reste en suspens.

La rivière verveine, venue de l’ambre des brumes, conte les sortilèges de Calypso, de ses mots-sable de rives d’eau.

Dans une nuit de fin de monde, entre les brisures de lune, un chat, pattes-velours, féline sur un silence de minuit.

Des lointains jardins de nébuleuses

Une étoile amoureuse

De la terre endormie

Télégraphie …

  • Vues1602
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

tristique commodo luctus Praesent ultricies vel, Aliquam libero. sem, felis suscipit velit,

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?