Juillet

Un peuple sous les cumulus devient foot. (Voir des match)

Le temps de rencontres maintenant ils s’en foutent. (Voir des gagnants)

La coupe d’Europe vient égayer leurs lendemains. (Audace du peuple)

Le pied pousse le ballon et parfois la main. (Il faut gagner)

Champions en âge sous des banderoles agitées. (Jeu populaire)

Un but dans la cage par ce joueur inspiré. (Ballon au fond)

Au bout de la chaussure la rouge Ferrari. (Ballon en or)

Le peuple du stade réclame une féerie. (Rêve de victoires)

L’ambition de la foule exulte dans l’arène. (Exaltation)

La Porche déposée pour que des buts s’amènent. (La coupe)

Des coudes sur ces bars l’on décidé pliée. (Jeu populaire)

La finale perdue vide les zincs de ses piliers. (Rêve terminé)

Les machines faucheuses s’emparent du riche juillet. (Premières moissons)

Des oiseux se jettent sur le décapité blé. (Plat sublime)

Tapis noir étendu sur des restes d’été. (Corneilles)

Ils décollent tel des bombardiers en surpoids. (Lâcheurs guaneux)

Pleins d’un futur hiver qui fait becter les pois. (Encore résister)

La moribonde rouge doit quitter l’été. (Fin des coquelicots)

Le vert fantastique se met à époustoufler. (Prochaine récolte)

Le maïs pousse et sera bon même soufflé. (Popcorn)

Des meules posées dans les champs pour manger sans doute. (Fourrage)

Tracteurs mobilisés attendant ce mois d’aout. (Deuxième moissons)

  • Vues1413
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ipsum elit. venenatis ut Praesent Curabitur eget libero

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?