J’écris

J’écris et puis j’efface
ce qui ne s’écrit pas
j’écris et puis j’efface
toute trace de toi
les mots coulants fondants
les lèvres qui se cherchent
ton doigt sur mon téton
qui réveille le diable
les murs en sont muets
gobant l’éternité
d’une journée d’amour
à jamais oubliée.
J’écris et puis j’efface
ce qui ne se dit pas.

  • Vues3031
  • Aime0
  • Évaluations12345

7 Commentaires
  1. MauxCroisés 3 ans Il y a

    Bonsoir Lynda

    Ecrire n’est-il pas un acte de survie dans un monde ou l’informatique et les technologies modernes ont rendu presque tout le monde analphabète car ne sachant plus écrire correctement?

    Ton écrit est une preuve que l’âme du poète et sa plume devront rester pour longtemps nos boussoles dans ce labyrinthe moderne du nivellement par le bas

    Bien à toi

    Hafid

    • Auteur
      lifesof 3 ans Il y a

      Tu as bien raison.
      j’écris ce que je ne peux dire.
      j’écris comme un geste ultime de survie.
      un râle de la vie.
      Merci pour tes mots.

      Lynda

  2. MauxCroisés 3 ans Il y a

    Pour toi ces perles trouvées sur le Net:

    Mon amour je t’écris cette lettre
    L’amour se murmure ou se crie. Il s’écrit aussi. Dessiner ses sentiments mot après mot, c’est un cadeau à faire en ce mois où l’amour est fêté. C’est aussi une jolie façon d’interroger le lien qui nous unit à l’autre. Nous avons demandé à neuf auteurs d’écrire à l’élu de leur cœur. Neuf lettres qui vous inspireront peut-être pour écrire à votre tour quelques mots d’amour…

    ” Lettre à V.R. par Faïza Guène
    A DÉCOUVRIR
    Faïza Guène est l’auteure des Gens du Balto (Hachette).

    Salut you,

    D’abord c’est la première fois que j’écris une lettre d’amour.
    J’ai l’habitude de le dire l’amour, moi.
    Je vais donc commencer par ce que j’ai envie de te dire vraiment. Je ne m’ennuie jamais depuis que je vis avec toi. Enfin, je veux dire, ça nous arrive de nous ennuyer, mais si on est ensemble, on aime ça. Aimer s’ennuyer avec quelqu’un, ça signifie pas mal de choses à mon sens. Et puis je suis contente de nous, de ce qu’on a fait de nous. On a grandi ensemble. Je me vois loin, je me vois vieille à côté de toi. J’imagine que ça aussi, c’est quelque chose de fort de vouloir être vieille avec toi. De vouloir me lever le matin près de toi tous les jours. D’avoir des enfants de toi. De faire des réflexions d’amoureuses comme je suis en train de le faire là…
    […]

    J’ai fait une pause dans ma lettre. On s’est disputé cet après-midi. Le plus dingue, c’est que même me disputer avec toi, je suis prête à le faire toute la vie, je m’en suis rendu compte. On se réconcilie toujours très vite. Tu n’es pas très rancunier, moi si. Mais je t’aime au point que je n’ai pas envie de perdre du temps à te faire la gueule, alors qu’au lieu de ça, on peut faire des tas de choses plus belles ensemble. J’aime qu’on rigole pour un rien, j’aime quand on est en voiture et qu’il y a un long silence qui ne gêne aucun d’entre nous, j’aime quand on n’est pas d’accord sur tout et que ça n’a pas d’importance. J’aime qu’on regarde les photos de nos débuts comme si ça faisait trente ans qu’on était ensemble. Je t’aime et j’ai confiance. Je me trouve solide en écrivant ça.

    Lettre à … par Marie Billetoux
    A DÉCOUVRIR
    Marie Billetoux est l’auteur de C’est fou une fille (Albin Michel).

    Parce qu’on va me porter un croque-madame bien grillé et un deuxième verre de rosé
    que les hirondelles en folie dans le ciel crient comme des petites filles en Italie qu’on a oublié de coucher
    que ton corps au coin de la rue a disparu, que je ne te vois plus, vite
    sur cette nappe en papier je veux devant Dieu
    écrire que je t’aime en espérant
    que ça te sera de quelque secours pour la suite immédiate de tes jours, c’est quoi
    ce bonheur, qui me dira d’où vient un moment aussi grandiose loin de toi, sans toi,
    et même pas pour toi, finalement, si je ne te le disais pas, ce soir je t’aime
    de ne pas être là et de me permettre de ressentir tout ça précisément parce que tu n’es pas là,
    quand tu es là
    je ne sais pas pourquoi je ne suis pas
    pas entièrement, pas totalement moi comme en cet instant où je SAIS que je t’aime,
    où je l’écris, où j’en suis SÛRE
    que faire de ces moments de pur amour quand ils sont là
    quand tout est là, sauf toi ?
    Des filles qui ne te connaissent même pas passent avec leurs amoureux devant le café
    si elles te connaissaient, si elles savaient,
    comment !
    mais comment peut-on ici bas aimer un autre que toi !
    Il n’y a d’ailleurs rien à faire,
    rien à vouloir pour toi, des êtres comme toi, il est nul de leur dire à tout bout de champ qu’on les aime, ils SONT
    simplement, ils sont, il faut – que ne ferais-je pas ! – ne faire que recueillir ces putains de traces qu’ils laissent derrière eux magnifiquement comme s’ils n’allaient jamais mourir…
    Certitude absolue ce soir que tout ce qui, des signes de ta présence sur cette terre, n’est pas vu, pas récolté par mes yeux, est perdu par les siècles des siècles, voici mon verre de rosé qui approche, ô mon amour, en l’honneur de ton incroyable, inénarrable réalité.”

    ……et d’autres encore plus belles les unes que les autres

    Hafid

    • Auteur
      lifesof 3 ans Il y a

      J’ai tout bu.
      c’est beau l’Amour tout court mais l’Amour écrit à quelque chose de plus merveilleux, tu me donnes envie d’écrire une lettre d’Amour.

      Merci

  3. Auteur
    lifesof 3 ans Il y a

    Si je devais t’écrire mon amour quels sont les mots qui vont accourir sur les bouts de mes doigts
    quelles sont les lettres qui vont s’aligner comme l’eau coule de sa source limpide et claire?
    Pourtant l’Amour n’est ni limpide ni clair il est embuè par les larmes en saignée silencieuses , en coulées de laves chaudes et brûlantes comme les caresses que tu sais si bien me donner, quels sont les mots que je t’inventerai, peut être ceux que tu n’as jamais su dire, jamais pu écrire, tu dis souvent l’Amour ce sont les actes , combien de fois m’ai je vu te supplier de me parler comme dans les livres, de m’écrire comme ces poètes qui enflamment mon esprit et éveillent mes sens, ça tu n’as jamais su ou jamais pu et c’est moi qui vient te chercher dans tes méandres, tu as douté de tout, mon amour, oui car tu l’es, de tout le monde, sauf de ton amour pour moi, ton ancrage à la vie, je te fais rire et j’aime ce regard bienveillant sur la petite fille qui refuse de grandir et qui t’invente des histoires, pour toi ces mots que j’aurais été tentée d’offrir à des hommes plus parlants que toi, c’est toi qui les récolte, comme ces humeurs changeantes de poétesse délurée, comme ce corps qui ne se reconnaît que dans Ton âtre, comme cette fleur qui ne s’ouvre que pour toi.
    oui finalement, je me retourne et trouve les autres hommes bien pâles à côté de ta présence silencieuse qui ne tarit pas, finalement je peux le dire de ma voix de femme qui se cherche, je t’ai trouvé : “je t’aime”

  4. Auteur
    lifesof 3 ans Il y a

    Voilà ma lettre d’Amour.
    je te remercie Hafid car grâce à toi je fais un beau cadeau à l’homme de ma vie.
    quand j’aurai un peu plus de temps, je la publierai.

    Bonne lecture mon ami.

    Lynda

  5. Personne 2 ans Il y a

    J’ai bien apprécié votre poème et beaucoup aimé lire les commentaires sur l’amour, c’est toujours très agréable de lire tout ce qui parle d’amour, joyeux ou bien triste mais surtout quand c’est poétiser.

    BRAVO et MERCI pour ce partage.

    1 j’aime + *****

    Amicalement
    Personne 😉

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

consectetur Donec Aenean odio consequat. dolor. tempus

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account