Je t’écris encore pour ne pas mourir

Je t’écris encore pour ne pas mourir,

pour laisser retranscrire mes sentiments comme des tonneaux de vin .
(Il m’est interdit d’en boire),
te toucher et même plus,
toi qui n’existe que dans l’imaginaire .
(Il m’est interdit de te toucher),
je t’ai inventé en toute puissance ,
une déesse,
oui c’est moi qui a inventé de toutes pièces ce désir du “toi” pour boucher un manque,
on manque toujours de quelqu’un ,
est ce soi même qu’on cherche sans trouver,
ou es tu “le manque”,
peut être bien que c’est toi que j’aime,
je doute de m’aimer comme il faut,
alors je t’ai crée,tu es parfait ,tu n’as pas de défauts,
je ne parle pas de physionomie,d’anatomie ou de géométrie,
je parle des traits de ton esprit,
ceux que je convoite,
que je mets en boite,
dont je me délecte,jusqu’à la dernière miette;
musicien,peintre,sensible,écrivain,inventeur de notes ,de mots ,de formes,artiste dans l’âme,
oui mais si tu existes ,je veux dire vraiment,
si tu as un visage ,des membres ,des yeux ,un sourire,
alors j’aurai vraiment le droit de t’aimer,
tu crois que j’en aurais le droit,
moi?
Je ne sais pas,on me l’a interdit.

Enfin,je t’écris ,encore,
pour ne pas mourir

(2464410000 caractères et 499999990 mots.)

  • Vues2227
  • Aime0
  • Évaluations12345

13 Commentaires
  1. Auteur
    lifesof 5 ans Il y a

    Une sortie tiroir écrit en 2014 ( ce fût une riche année ).

    Bonne journée

    Lynda

  2. Music Arts 5 ans Il y a

    Je n’ai pas bien compris pourquoi ces “interdit d’en boire” et “interdit de te toucher” .

    Chercher l’autre c’est aussi tenter de se trouver soi-même. Les rêves sont les solutions accessibles à nos quêtes et l’important est d’espérer toujours, ce qui n’est pas évident non plus.

    petite suggestion : ce texte est de la prose et aurait donc gagné à être présenté comme tel. Humble avis !

    Amicalement.

  3. Music Arts 5 ans Il y a

    pardon, “comme telle”

  4. Larsenbac 5 ans Il y a

    Bon Jour Lynda,

    Ce Poème me fait penser aux Paroles de Poilus…
    http://pedagogite.free.fr/histoire_3/paroles_poilus.pdf
    et aux prisonniers (quels qu’en soient les motifs)

    Il y a le souci d’évasion, face aux privations de liberté, la nécessité d’écrire pour “sentir” qu’on existe encore !

    Très intérieur, et pourtant diablement parlant !

    Merci

    L@rs

    • Auteur
      lifesof 5 ans Il y a

      Très juste comparaison, Léo, j’ai lu les paroles des poilus, en effet j’ai écris du front, comme derrière des barreaux, à chacun sa prison, à chacun ses libertés,
      l’écriture autorise beaucoup mais pas tout , écrire c’est exister, parler aux autres, se parler, un regard sur soi, chez certains ça dépasse le simple besoin, il s’agit de survie, une question de vie ou de mort, quoi.

      Merci pour cette judicieuse lecture.

      A bientôt

      Lynda

  5. Abdelhafid 5 ans Il y a

    Bonjour Lynda

    Écrire pour ne pas mourir….

    Oui, on peut voir la chose comme cela

    Et c’est d’une étrangeté inhabituelle que d’attribuer aux mots ce pouvoir impressionnant qui donne la vie et la prend en même temps.

    Je suis de ceux qui relativisent et voient que les mots ne sont que des mots.Juste un langage crée par l’homme pour communiquer avec l’autre mais il peut aussi bien ne pas écrire , seulement parler ou gesticuler pour se faire entendre et voir.

    En revanche, ce qui plait dans ton poème c’est sorte de “colère” à dénoncer le manque et de faire ressortir les interdits et les convenances qui font que nous ne sommes pas nous mêmes mais juste ce que les autres ont souvent tendance à nous imposer, surtout si la femme( entre autres “choses” de la maison) essaie de s’émanciper et dire sa douleur, sa passion ou simplement son amour…

    J’ai aimé te lire comme une thérapie matinale

    Merci

    Hafid

  6. Auteur
    lifesof 5 ans Il y a

    Bonjour Music Arts
    d’abord merci de vous être arrêtée sur ces mots , quelques mots quelconques, ou peut être pas,
    les interdits jalonnent le parcours de chacun de nous sinon ou serions nous, cette prose, puisque c’en est une, se veut de poser le questionnement de ce qui ne doit pas se faire, ça peut être de ne pas boire par exemple, il y en a d’autres,
    jusqu’ou peut on aller, que peut on se permettre, que nous permet la société, c’est le positionnement de chacun.
    Rêver oui, mais les rêves ne sont pas anodins et peuvent nous égarer sur des chemins hasardeux.

    A bientôt

    Lynda

  7. Auteur
    lifesof 5 ans Il y a

    je ne sais pas comment les commentaires se sont interposés, pourtant j’ai cru répondre dans l’ordre…

  8. Abdelhafid 5 ans Il y a

    Lynda,

    J’ai écrit ce matin un long commentaire qui a disparu, curieusement…

    Je sais plus si dois tout réécrire ou non , mais l’essentiel est que ce poème, bien qu’il prêche des convaincus, met un peu d’exagération dans les mots en disant que” tu écris pour ne pas mourir”

    L’acte d’écrire n’est pas aussi primordial ni même essentiel à la vie sauf si on devient par la force des choses addictive aux mots et à leur usage.

    Je te livre mon ressenti: écrire est un exutoire certes mais dans la réalité de tous les jours, il est banalisé presque inutile.

    Par contre vivre un certain, manque comme tu le décris si bien, relève d’une souffrance et d’un vécu , d’un mal vie certains.

    L’écriture aide à supporter mais ne peut rien faire si cet isolement est le fait de l’homme ou de la femme eux mêmes.

    Je sais que tu n’a rien oublié de la condition de la femme chez nous…

    Je suis ravi de te lire ces jours-ci, complétement déchainée et sérieusement inspirée comme j’aime…..

    Hafid

    • Auteur
      lifesof 5 ans Il y a

      écrire pour ne pas mourir, c’est un peu exagéré et imagé, mais j’y crois quand même, l’écriture est comme un cri , plus qu’un exutoire, c’est un souffle de vie, une expression de la vitalité de chacun, que serait l’humanité sans les écrits, sans doute morte dans l’oubli, la souffrance fait écrire peut être plus que la joie, il n’y a qu’à voir les publications, sans doute parce qu’on s’éparpille moins dans la douleur qui nous recentre sur nous même.
      Je suis ravie que tu me lises même si je ne me trouve pas très inspirée en ce moment, j’espère que ça viendra,

      merci Hafid,

      Lynda

  9. EKLEKTIK 5 ans Il y a

    Très beau texte.

    Amicalement,
    Dieg

  10. Typique 5 ans Il y a

    c’est beau
    et extrêmement profond

  11. CyAnne 5 ans Il y a

    Sourire,

    J’en appelle souvent à Dieu, lui seul sait!
    Il a le mot juste, l’acte parfait
    Toujours à lui je m’en remets
    Présent sur tous les faits
    On se décharge et on promet
    La seule prière entendue qui reste notre guide

    Amicalement

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ipsum dictum Phasellus felis tristique vulputate, Aliquam quis ut fringilla mattis id,

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?