Je ne serai plus votre choix…

Je l’ai croisé un matin ordinaire,
Quand, sur le pavé humide de la nuit,
Mille larmes invisibles… Solitaires,
Alors, les vues esquivent et fuient,

Sur la touche d’une vie, des joies…
En boucle faisant le manège sans pompon,
Il doit, se doit entendre la pièce d’un sou, d’un son…
Sont ils Mon Dieu, sans… et moi,

Les passants foulant ma vue, Prise…
Muette, du bon jour en retour…
J’y ai laissé mon coeur, ma chemise,
Pour… Pour, pour ma folie  d’amour,

Je les sais en gêne d’une foi,
De ma main tendue, de ma croix…
Ce par terre est chez moi,
Sans manière, je porte ma voie,

Entendez le sourd de vos pas,
Quand je dessinerai votre ruelle,
Je danserai mes tango à l’appel…
Et, dans le coin de vos regards,

Je ne serai plus là,
Je ne serai plus votre choix… 

Hommage aux oubliés du confort… De l’amour, et leurs tors 

Di-Âme

  • Vues1618
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

suscipit efficitur. libero. libero id, dapibus neque. vel, massa Nullam mattis Praesent

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?