Je m’aime encore

Je m’aime encore

Laissé au bord du lit, haletant, pantelant,
Je me remets un peu avant de repartir ;
Lui me tourne le dos sans aucun repentir.
Pourquoi en aurait-il ? Il s’en va maintenant.

Je me lève à mon tour, remets mes vêtements ;
Je retourne à ma vie, d’allers et de venirs.
Je suis bien fatigué mais il me faut tenir
Pour charmer les messieurs qui donnent leur argent.

Ce n’est ni gai, ni triste, c’est ainsi et c’est tout.
Je dois faire un métier, moi je me prostitue.
C’est mon choix ou bien pas, je vends mon corps à vous.

Il n’y a pas d’amour dans l’amour qu’ils me font,
Totale indifférence et parfois ça me tue.
Je l’aime encore un peu cette pute garçon.

  • Vues2098
  • Aime0
  • Évaluations12345

9 Commentaires
  1. LILYROSE 6 ans Il y a

    Les trois derniers vers me plaisent beaucoup, ils résument bien la complexité de cette vie.

    Lily

    • Auteur
      Typique 6 ans Il y a

      Il y a des vers comme ça, qui comptent un peu. Merci.

  2. Trémière 6 ans Il y a

    joli soir Typique,

    un thème atypique mais c’est justement cela qui me plait

    un poème où se lit, entre les lignes, la défaite des jours de celui qui donne son corps

    Amicalement

    Rose

    • Auteur
      Typique 6 ans Il y a

      C’est un dur labeur que ce métier là…

      • Frederik 6 ans Il y a

        Surtout quand on ne le pratique qu’en rêve, mon ami…

        • Auteur
          Typique 6 ans Il y a

          Tout comme il n’y a pas de sot métier, il n’y a pas non plus de métier qui soit tout le temps facile. Le rêve embellit ou enlaidit cette réalité.

  3. Trémière 6 ans Il y a

    euh … j’aime beaucoup le titre !!

  4. melodie-rebelle 6 ans Il y a

    j’aime aussi beaucoup le titre, la prostitution c’est que très rarement par choix ou peut être au début ensuite le piège se referme sur eux

    merci pour l’instant

    • Auteur
      Typique 6 ans Il y a

      Ce poème est justement pour ne pas trancher entre “est-ce un choix ou est-ce une obligation”. Juste pour dire “c’est ainsi. Il y a bien des boulangères, alors pourquoi pas des prostitués ?”. Et pour dire qu’on peut, qu’on doit s’aimer soi-même.

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

velit, mi, vel, sit felis efficitur. commodo risus. venenatis, pulvinar Donec

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?