J’aurai voulu leur dire

Un faible hommage à Lilian 26 ans réfugié sous un évier lors de la prise d’otage de l’imprimerie de Dammartin en goële. ( écrit pendant le déroulement de l’évenement et donc sans véritable info sur l’otage, me m’étant dans la peau de la victime )

 

J’ suis assis là, prostré
A attendre la fin
Mais qu’est ce qui s’est passé,
Pourquoi moi, à la fin.

J’suis pas forcément bon
Mais jamais rien fait d’ mal
Rien de bien mal au fond
Rien de bien animal

Mais qu’est c’que je fout là
Mais qu’est c’que je fout là

J’arrive plus à bouger
J’arrive plus à penser,
Penser tenter d’agir
J’ai pas envie d’mourir

Mes larmes, mes soubresauts
Étalé dans l’urine
J’me dit qu’encore plus tôt
Plongé dans ma routine

J’ me disait là encore
Qu’cette vie me faisait chier
Que j’voulais déserter
Et que j’n’avais pas tort

Mais qu’est c’que je fout là
Mais qu’est c’que je fout là

Que rien avait de sens
Que m’use l’existence
Et puis que comme un con
Si sure d’avoir raison

Je n’pouvais que subir
Que changer, j’n’oserai pas
Que j’voulais rien ou pire
Que j’avais plus d’envie
Que tout me semblait fade

Mais non j’veut pas mourir
Putain, mais pourquoi moi

Mais qu’est c’que je fout là
Mais qu’est c’que je fout là

Et puis il y a mes gosses
J’aurai voulu leur dire
Que même si je bosse
Tout mon temps et même pire

Que j’les aime plus que tout
Que je maudit ce temps
Qui nous veut tout nos sous
Qui nous vole nos instant
Nos moments avec vous

J’aurai voulu leur dire
J’aurai voulu qu’il sache
Que rien ai mieux que rire
Qu’aimer mieux vaut qu’être lâche

Qu’il leur faut être heureux
Par les moyens qu’ils veulent
Qu’être juger vaut mieux
Que de fermer sa gueule

J’aurai voulu leur dire
Leur raconter l’amour
Les histoires, leur lire
Héros et troubadours

Mais on croit que toujours
On aura bien le temps
Que demain sera pour
Ou plus tard ou dans l’an

Mais j’veut pas qu’ça s’finisse
Je n’en veut pas maintenant

Mais qu’est c’que je fout là
Mais qu’est c’que je fout là

Quand à toi ma chérie
Que j’ai trop négligé
Que j’ai pris pour acquis
que j’ai presque ignoré

Comme je t’aime en ce jour
Pourquoi sure de ma fin
Je comprend mon amour
Que je n’peut qu’être tiens

J’aurai voulu te dire
Que tu me donnes la force
Que tu berces mon désire
Attendris mon écorce

Oh j’aurai tant voulu
Ne pas perde mon temps
Revivre le vécu
Ne pas rater l’présent

Mon Dieu je t’en supplie
Je sais bien qui je suis
Que con comme un impie
Je n’t’ai jamais prié

Jamais rien fait pour toi
Pourtant je t’en supplie
Quittons cette imprimerie
Laisse moi rentrer chez moi

Je ne te promet pas
D’investir ton église
De prier chaque fois
Comme l’indique ta bible

Mais là je gage foie,
Que si tu m’sors de là
Oui, chaque jour sera
Pour les miens que la joie.

Mais qu’est c’que je fout là
Mais qu’est c’que je fout là

Et les tires et les cris
Toute ses déflagrations
Serai ce pour la vie
Ou ma mort tout ses sons

Mes yeux ne veulent s’ouvrirent
la tétanie, la transe,
Non je n’veut pas mourir
surtout sans aucun sens

Une mains vient m’agripper
me soutient me relève
Je te remercie Dieu
d’enfin marquer la trêve

J’aurai voulu leur dire
Non,… j’accours tout leur dire…..
Malik

  • Vues2049
  • Aime0
  • Évaluations12345

2 Commentaires
  1. Amarante 5 ans Il y a

    Chapeau bas !
    Une lecture captivante sur un évènement qui fit beaucoup de bruit, puis qui a glissé inexorablement dans l’oubli
    Sauf pour lui, ce jeune de vingt-six ans qui s’en souviendra toute la vie.
    Les vers courts et saccadés reflètent parfaitement bien l’angoisse qui a dû le teaniller pendant ces heures dramatiques..

    Un beau reportage en différé – bravo

  2. Auteur
    Kclm 5 ans Il y a

    Merci Amarante.

    Les émotions spontanées sont une grande source d’inspiration 😉

    Amitié

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

vel, in massa ipsum libero ut Sed dolor

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?